Cardiopathie ischémique: symptômes et traitement

Les principales causes d'invalidité et de mortalité dans le monde sont les maladies du système cardiovasculaire. Selon des données médicales et scientifiques, 1,2 million de personnes meurent chaque année en Russie, dont 35% sont diagnostiquées avec une cardiopathie ischémique. La situation peut être corrigée si les gens en savent plus sur la maladie.

Causes de CHD

Un apport sanguin insuffisant au muscle cardiaque est une cause majeure de maladie coronarienne. Il ne traverse pas les artères coronaires du cœur dans la quantité requise en raison de leur blocage ou de leur rétrécissement. Selon la gravité de la «famine» cardiaque, il existe plusieurs formes de maladie coronarienne. 98% des cas cliniques sont associés à l'athérosclérose des vaisseaux coronaires. Les autres causes de cardiopathie congénitale incluent:

  • thromboembolie, qui se développe sur le fond des lésions athérosclérotiques,
  • hyperlipidémie et réduction des alpha-lipoprotéines,
  • l'hypertension,
  • angine de poitrine stable,
  • fumer
  • l'obésité
  • taux élevé de cholestérol
  • hypodynamie,
  • diabète sucré.

Formes de maladie ischémique

Classification de la maladie coronarienne (CIM-10, 1992.)

  1. Angine de poitrine
    • - angine de fatigue stable
    • - Angine instable
  2. Infarctus du myocarde primaire
  3. Infarctus du myocarde répété
  4. Infarctus ancien du myocarde (cardiosclérose post-infarctus)
  5. Mort subite d'origine cardiaque (arythmie)
  6. Insuffisance cardiaque (lésion du myocarde due à une maladie coronarienne)

La principale raison de la perturbation de l'apport d'oxygène au myocarde est la discordance entre le débit sanguin coronaire et les besoins métaboliques du muscle cardiaque. Cela peut être dû à:

  • - Athérosclérose des artères coronaires avec rétrécissement de la lumière de plus de 70%.
  • - Spasme des artères coronaires inchangées (basses).
  • - Violations de la microcirculation dans le myocarde.
  • - Augmentation de l'activité du système de coagulation du sang (ou diminution de l'activité du système anticoagulant).

Le principal facteur étiologique dans le développement de la maladie coronarienne est l’athérosclérose des artères coronaires. L'athérosclérose se développe régulièrement, par vagues et régulièrement. En raison de l'accumulation de cholestérol, une plaque d'athérosclérose se forme dans la paroi de l'artère. Un excès de cholestérol entraîne une augmentation de la taille de la plaque et des obstructions dans le flux sanguin. Par la suite, sous l’influence de facteurs systémiques indésirables, la plaque se transforme de stable en instable (des fissures et des déchirures se produisent). Le mécanisme d'activation des plaquettes et la formation de caillots sanguins à la surface d'une plaque instable commencent. Les symptômes sont exacerbés par la croissance d'une plaque d'athérosclérose qui rétrécit progressivement la lumière de l'artère. Une diminution de la surface de la lumière artérielle de plus de 90 à 95% est critique, entraînant une diminution du débit sanguin coronaire et une détérioration du bien-être même au repos.

Facteurs de risque de maladie coronarienne:

  1. Sexe (masculin)
  2. Âge> 40-50 ans
  3. L'hérédité
  4. Fumer (10 cigarettes ou plus par jour au cours des 5 dernières années)
  5. Hyperlipidémie (cholestérol plasmatique total> 240 mg / dl, cholestérol LDL> 160 mg / dl)
  6. L'hypertension
  7. Le diabète
  8. L'obésité
  9. L'hypodynamie

Le tableau clinique des cardiopathies congénitales

La première description de la sténocardie fut suggérée par un médecin anglais, William Geberden, en 1772: «. douleur à la poitrine qui se produit pendant la marche et fait que le patient s’arrête, surtout lorsqu’il marche peu après avoir mangé. Il semble que cette douleur en cas de poursuite ou d'amélioration puisse priver une personne de la vie, au moment de mettre fin à toutes les sensations désagréables. Après que la douleur ait persisté pendant plusieurs mois, elle cesse de disparaître immédiatement après son arrêt et continuera à se produire non seulement lorsque la personne s'en va, mais également lorsqu'elle se trouve ... ». Habituellement, les symptômes de la maladie apparaissent pour la première fois après 50 ans. Au début, ne surviennent que pendant un effort physique.

Les manifestations classiques de la maladie coronarienne sont:

  • - Douleur dans le sternum, irradiant souvent dans la mâchoire inférieure, le cou, l'épaule gauche, l'avant-bras, la main, le dos.
  • - La douleur est pressante, serrant, brûlant, suffoquant. L'intensité est différente.
  • - Provoqué par des facteurs physiques ou émotionnels. Au repos, arrêtez-vous seul.
  • - Dure de 30 secondes à 5-15 minutes.
  • - Effet rapide de la nitroglycérine.

Traitement de la cardiopathie ischémique

Le traitement vise à rétablir l'apport sanguin normal dans le myocarde et à améliorer la qualité de vie des patients. Malheureusement, les traitements purement thérapeutiques ne sont pas toujours efficaces. Il existe de nombreuses méthodes de correction chirurgicales, telles que: pontage aorto-coronaire, revascularisation myocardique au laser trans-myocardique et procédures d'intervention coronaires percutanées (angioplastie par ballonnet, endoprothèse coronaire).

L'angiographie coronaire sélective est considérée comme «l'étalon-or» dans le diagnostic des lésions obstructives des artères coronaires du cœur. Il est utilisé pour savoir si le vaisseau s'est rétréci, quelles sont les artères et combien sont affectées, à quel endroit et dans quelle mesure. Récemment, la tomodensitométrie multispirale (TMS) avec contraste de bolus intraveineux est devenue de plus en plus courante. Contrairement à l'angiographie coronarienne sélective, qui consiste essentiellement en une intervention chirurgicale aux rayons X sur le lit artériel et qui est réalisée uniquement à l'hôpital, la tomodensitométrie des artères coronaires est généralement réalisée en ambulatoire par administration intraveineuse d'un agent de contraste. Une autre différence fondamentale peut être que l'angiographie coronarienne sélective montre la lumière du vaisseau, la MSCT et la lumière du vaisseau et, en fait, la paroi du vaisseau dans laquelle le processus pathologique est localisé.

En fonction des modifications des vaisseaux coronaires identifiées lors de la coronarographie, différentes méthodes de traitement peuvent être proposées:

Pontage coronarien - Opération élaborée depuis de nombreuses années, au cours de laquelle le propre vaisseau du patient est prélevé et ourlé à l'artère coronaire. Ainsi, un chemin est créé pour contourner la zone affectée de l'artère. Le sang dans le volume normal entre dans le myocarde, ce qui conduit à l'élimination de l'ischémie et à la disparition des accidents vasculaires cérébraux. Le PAC est la méthode de choix pour un certain nombre de conditions pathologiques, telles que le diabète sucré, les lésions du tronc, les lésions multi-vasculaires, etc. L'opération peut être réalisée avec une circulation sanguine artificielle et une cardioplégie, sur un coeur actif sans circulation artificielle et sur un coeur actif avec une circulation artificielle. Comme shunts peuvent être utilisés comme les veines et les artères du patient. La décision finale quant au choix d’un type d’opération dépend de la situation et de l’équipement de la clinique.

L'angioplastie par ballonnet, qui était populaire à son époque, a perdu de sa pertinence. Le principal problème est l'effet à court terme de l'intervention chirurgicale à rayons X réalisée.

Le stenting est une méthode plus fiable et, en même temps, peu invasive, de restauration et de maintien de la lumière normale du vaisseau. La méthode est essentiellement identique à l'angioplastie par ballonnet, mais une endoprothèse vasculaire est montée sur la cartouche (un petit cadre en maille métallique transformable). Lorsqu’il est introduit dans le site de constriction, le ballonnet avec le stent est gonflé au diamètre normal du vaisseau, le stent est pressé contre les parois et conserve sa forme, laissant ainsi la lumière ouverte. Une fois le stent inséré, un traitement antiplaquettaire prolongé est prescrit au patient. Au cours des deux premières années, une angiographie coronarienne de contrôle est effectuée chaque année.

Dans les cas graves d'athérosclérose oblitérante des artères coronaires, lorsqu'il n'y a pas de conditions pour un PAC et des interventions chirurgicales aux rayons X, une revascularisation transmyocardique du myocarde au laser peut être proposée au patient. Dans ce cas, l'amélioration de la circulation sanguine du myocarde est due au flux sanguin provenant directement de la cavité ventriculaire gauche. Le chirurgien place un laser sur la zone touchée du myocarde, créant de multiples canaux de diamètre inférieur à 1 millimètre. Les canaux favorisent la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins à travers lesquels le sang pénètre dans le myocarde ischémique, lui fournissant de l'oxygène. Cette opération peut être réalisée à la fois indépendamment et en combinaison avec un pontage coronarien.

Après l'élimination de la sténose aorto-coronarienne, la qualité de vie augmente sensiblement, la capacité de travail est rétablie, le risque d'infarctus du myocarde et de mort subite d'origine cardiaque est considérablement réduit et l'espérance de vie augmente.

Actuellement, le diagnostic de coronaropathie n'est pas une phrase, mais une raison d'agir sur le choix de la tactique optimale de traitement, ce qui sauvera une vie pendant de nombreuses années.

Classification

Le DHI est une maladie très commune, l'une des principales causes de décès, ainsi qu'une invalidité temporaire et permanente de la population des pays développés du monde. À cet égard, le problème de coronaropathie est l’un des principaux problèmes médicaux du XXIe siècle.

Dans les années 80 une tendance à une diminution de la mortalité par maladie coronarienne s'est manifestée, mais dans les pays développés d'Europe, elle représentait environ la moitié du taux de mortalité totale de la population, tout en maintenant une répartition inégale considérable entre les contingents de personnes de sexe et d'âge différents. Aux États-Unis dans les années 80. la mortalité des hommes âgés de 35 à 44 ans était d'environ 60 pour 100 000 habitants, avec un ratio hommes / femmes décédés de cet âge d'environ 5: 1. À l'âge de 65 à 74 ans, la mortalité totale par maladie coronarienne des deux sexes atteignait plus de 1600 par 100 000 habitants et le rapport entre les hommes et les femmes décédés de ce groupe d'âge était tombé à 2: 1.

Le sort des patients IHD, qui constituent une part substantielle de la cohorte observée par les médecins, dépend en grande partie de l'adéquation du traitement ambulatoire effectué, de la qualité et de la rapidité du diagnostic des formes cliniques de la maladie nécessitant un traitement d'urgence ou une hospitalisation urgente du patient.

Selon des statistiques européennes, les maladies coronariennes et les accidents cérébrovasculaires représentent 90% de toutes les maladies du système cardiovasculaire, ce qui caractérise les maladies coronariennes parmi les plus courantes.

Classification Description de la maladie

Tout le monde sait que le muscle cardiaque (myocarde) a pour but d'alimenter le corps en sang oxygéné. Cependant, le cœur lui-même a besoin d'une circulation sanguine. Les artères qui acheminent l'oxygène au cœur sont appelées coronaires. Au total, il existe deux telles artères, elles partent de l'aorte. À l'intérieur du cœur, ils se divisent en plusieurs plus petits.

Cependant, le cœur n'a pas seulement besoin d'oxygène, il a besoin de beaucoup d'oxygène, beaucoup plus que d'autres organes. Cette situation s’explique simplement - parce que le cœur travaille constamment et avec une charge énorme. Et si la manifestation d'un manque d'oxygène dans d'autres organes peut ne pas être ressentie par une personne, un manque d'oxygène dans le muscle cardiaque entraîne immédiatement des conséquences négatives.

L'insuffisance de la circulation sanguine dans le cœur ne peut survenir que pour une seule raison - si les artères coronaires manquent un peu de sang. Cette maladie est appelée "maladie coronarienne" (CHD).

Dans la très grande majorité des cas, le rétrécissement des vaisseaux du cœur est dû au fait qu'ils sont bouchés. Les spasmes vasculaires, une augmentation de la viscosité du sang et une tendance à la formation de caillots sanguins jouent également un rôle. Cependant, la principale cause de la maladie coronarienne est l'athérosclérose des vaisseaux coronaires.

L'athérosclérose était auparavant considérée comme une maladie chez les personnes âgées. Mais maintenant, c'est loin d'être le cas. Or, l'athérosclérose des vaisseaux cardiaques peut également se manifester chez les personnes d'âge moyen, principalement chez les hommes. Dans cette maladie, les vaisseaux sont obstrués par des dépôts d'acides gras, formant les plaques dites athéroscléreuses. Ils sont situés sur les parois des vaisseaux sanguins et, rétrécissant leur lumière, interfèrent avec le flux sanguin. Si cette situation se produit dans les artères coronaires, il en résulte un apport insuffisant en oxygène au muscle cardiaque. Les maladies cardiaques peuvent se développer de manière imperceptible au cours de nombreuses années, sans se manifester de manière particulière ni causer d'anxiété particulière à une personne, sauf dans certains cas. Cependant, lorsque la lumière des artères les plus importantes du cœur est obstruée à 70%, les symptômes deviennent apparents. Et si ce chiffre atteint 90%, alors cette situation commence à menacer la vie.

Variétés de maladies coronariennes

En pratique clinique, il existe plusieurs types de maladie coronarienne. Dans la plupart des cas, la maladie coronarienne se manifeste sous la forme d'angine de poitrine. L'angine de poitrine est une manifestation externe de la maladie coronarienne, accompagnée d'une douleur thoracique sévère. Cependant, il existe également une forme d'angine de poitrine indolore. Avec elle, la seule manifestation est une fatigabilité rapide et un essoufflement, même après de légers exercices physiques (marcher / monter des escaliers sur plusieurs étages).

Si les accès de douleur surviennent lors d'un effort physique, cela indique alors le développement d'une angine de poitrine. Cependant, chez certaines personnes atteintes de DHI, les douleurs thoraciques apparaissent spontanément, sans aucun lien avec un effort physique.

En outre, la nature des changements dans les symptômes de l'angine peut indiquer si une maladie coronarienne se développe ou non. Si la cardiopathie congénitale ne progresse pas, on parle alors d’angine de poitrine stable. Une personne atteinte d'angine de poitrine stable, tout en observant certaines règles de comportement et en bénéficiant d'un traitement de soutien approprié, peut vivre plusieurs décennies.

C’est tout à fait autre chose lorsque les crises d’angine de poitrine deviennent de plus en plus difficiles avec le temps et que la douleur est causée par une diminution de l’effort physique. Une telle angine de poitrine est appelée instable. Cette condition est une raison de sonner l'alarme, car l'angine de poitrine instable se termine inévitablement par un infarctus du myocarde, voire la mort.

L'angine de poitrine vasospastique ou l'angine de poitrine de Prinzmetall se distinguent également dans un certain groupe. Cette angine est causée par un spasme des artères coronaires du cœur. Souvent, l'angine spastique peut également survenir chez des patients atteints d'athérosclérose des vaisseaux coronaires. Cependant, ce type d'angine ne peut pas être associé à un tel symptôme.

Selon la gravité de l'angor, les classes fonctionnelles sont divisées en.

ClasseLimitations d'activité physiqueQuelles charges de crises cardiaques se produisent?
Jenonà haute intensité
IIpetitavec moyen (marcher plus de 500 m, monter au troisième étage)
IIIprononcéau plus bas (marcher 100-200 m, monter au deuxième étage)
IVtrès grandtrès bas (avec marche, activités quotidiennes) ou au repos

Symptômes de la maladie coronarienne

Beaucoup de gens ne paient pas pour les signes de maladie coronarienne, bien qu'ils soient assez évidents. Par exemple, il s’agit de fatigue, d’essoufflement, après une activité physique, de douleurs et de picotements dans la région du cœur. Certains patients pensent que «c'est comme ça que ça devrait être, parce que je ne suis plus jeune / plus jeune». Cependant, c'est un point de vue erroné. L'angine de poitrine et la dyspnée d'effort ne sont pas la norme. C'est une preuve de maladie cardiaque grave et une raison pour l'adoption précoce de mesures et l'accès à un médecin.

En outre, la maladie coronarienne peut se manifester et provoquer d’autres symptômes désagréables, tels que des arythmies, des vertiges, des nausées, de la fatigue. Il peut y avoir des brûlures d'estomac et des coliques dans l'estomac.

Douleur liée à une cardiopathie ischémique

La cause de la douleur est une irritation des récepteurs nerveux du cœur avec des toxines formées dans le muscle cardiaque à la suite de son hypoxie.

Les douleurs cardiaques ischémiques sont généralement concentrées dans la région du cœur. Comme mentionné ci-dessus, dans la plupart des cas, la douleur survient pendant l'exercice, un stress grave. Si la douleur dans le cœur commence au repos, elle a tendance à augmenter pendant l'effort physique.

La douleur est généralement observée dans la région de la poitrine. Elle peut irradier l'omoplate gauche, l'épaule, le cou. L'intensité de la douleur est individuelle pour chaque patient. La durée de l'attaque est également individuelle et va de une demi-minute à 10 minutes. Prendre de la nitroglycérine aide généralement à soulager une crise de douleur.

On observe souvent des douleurs abdominales chez les hommes, raison pour laquelle l'angine peut être confondue avec un type de maladie gastro-intestinale. En outre, la douleur dans l'angine survient souvent le matin.

Quelle est la maladie cardiaque ischémique dangereuse

De nombreuses personnes souffrant de maladie coronarienne s'habituent à leur maladie et ne la perçoivent pas comme une menace. Cependant, il s'agit d'une approche frivole, car la maladie est extrêmement dangereuse et sans traitement approprié, elle peut avoir des conséquences graves.

La complication la plus insidieuse de la maladie coronarienne est une maladie que les médecins qualifient de mort coronarienne subite. En d'autres termes, il s'agit d'un arrêt cardiaque provoqué par une instabilité électrique du myocarde, qui se développe à son tour sur fond de maladie coronarienne. Très souvent, la mort coronaire soudaine survient chez les patients présentant un IHD latent. Chez ces patients, les symptômes sont souvent absents ou ne sont pas pris au sérieux.

L'infarctus du myocarde est un autre moyen de développer une maladie coronarienne. Avec cette maladie, l'irrigation sanguine d'une certaine partie du cœur est tellement détériorée que sa nécrose se produit. Le tissu musculaire de la région affectée du cœur meurt et le tissu cicatriciel apparaît à la place. Cela ne se produit bien sûr que si la crise cardiaque ne mène pas à la mort.

Une crise cardiaque et une cardiopathie ischémique peuvent entraîner une autre complication, à savoir une insuffisance cardiaque chronique. C'est le nom de la condition dans laquelle le cœur ne remplit pas correctement ses fonctions de pompage de sang. Et cela, à son tour, conduit à des maladies d'autres organes et à des violations de leur travail.

Comment est IBS

Ci-dessus, nous avons indiqué quels symptômes sont associés à une maladie coronarienne. Ici, nous aborderons la question de savoir comment déterminer si une personne présente des changements athérosclérotiques dans les vaisseaux au cours des stades précoces, même à ce moment-là, lorsque l'évidence évidente de coronaropathie n'est pas toujours observée. En outre, ce n’est pas toujours un signe, comme une douleur au cœur, indique une maladie coronarienne. Souvent, il est causé par d'autres causes, telles que des maladies associées au système nerveux, à la colonne vertébrale, à diverses infections.

L’examen d’un patient qui se plaint d’effets négatifs typiques d’une maladie coronarienne commence par l’écoute de la tonalité de son cœur. Parfois, la maladie est accompagnée de bruits typiques du SCI. Cependant, cette méthode ne révèle souvent aucune pathologie.

Le cardiogramme est la méthode la plus courante d’étude instrumentale de l’activité du cœur. Il peut être utilisé pour suivre la propagation des signaux nerveux dans le muscle cardiaque et la réduction de ses services. Très souvent, la présence de cardiopathie congénitale se traduit par des modifications sur l’ECG. Cependant, ce n'est pas toujours le cas, en particulier dans les premiers stades de la maladie. Par conséquent, un cardiogramme avec un test de charge est beaucoup plus informatif. Elle est réalisée de telle sorte que, lors du retrait du cardiogramme, le patient est engagé dans une sorte d'exercice physique. Dans cet état, toutes les anomalies pathologiques dans le travail du muscle cardiaque deviennent visibles. Après tout, pendant l’activité physique, le muscle cardiaque manque d’oxygène et commence à fonctionner par intermittence.

Parfois, la méthode de surveillance Holter quotidienne est utilisée. Le cardiogramme est pris pendant une longue période, généralement pendant la journée. Cela vous permet de remarquer des anomalies individuelles dans le travail du cœur, qui peuvent ne pas être présentes sur un cardiogramme ordinaire. La surveillance Holter est effectuée à l'aide d'un cardiographe portable spécial, que la personne porte constamment dans un sac spécial. Dans ce cas, le médecin attache des électrodes à la poitrine humaine, exactement comme avec un cardiogramme conventionnel.

La méthode de l'échocardiographie - échographie du muscle cardiaque - est également très informative. À l'aide d'un échocardiogramme, le médecin peut évaluer les performances du muscle cardiaque, la taille de ses parties et les paramètres de la circulation sanguine.

En outre, informatif dans le diagnostic de la maladie coronarienne sont les suivants:

  • numération globulaire complète
  • test sanguin biochimique,
  • test sanguin pour la glycémie,
  • mesure de la pression artérielle
  • coronographie sélective avec un agent de contraste,
  • tomographie par ordinateur
  • radiographie

Nombre de ces méthodes permettent d’identifier non seulement la coronaropathie, mais également les maladies qui en aggravent l’évolution, telles que le diabète, l’hypertension et les maladies du sang et des reins.

Traitement de CHD

Le traitement de la coronaropathie est un processus long et complexe dans lequel le rôle principal est parfois joué non pas tant par l'art et les connaissances du médecin traitant que par le désir du patient lui-même de faire face à la maladie. Dans le même temps, il est nécessaire de se préparer au fait que la guérison complète de l'IHD est généralement impossible, car les processus dans les vaisseaux du cœur sont dans la plupart des cas irréversibles. Cependant, les méthodes modernes peuvent prolonger la vie d’une personne atteinte de la maladie pendant plusieurs décennies et prévenir sa mort prématurée. Et pas seulement pour prolonger la vie, mais pour la rendre à part entière, pas très différente de la vie des personnes en bonne santé.

Le traitement au premier stade de la maladie ne comprend généralement que des méthodes conservatrices. Ils sont divisés en drogue et non-drogue. Actuellement, en médecine, le plus récent est le système de traitement d’une maladie appelée ABC. Il comprend trois composants principaux:

  • antiplaquettaires et anticoagulants,
  • les bêta-bloquants,
  • les statines.

A quoi servent ces classes de médicaments? Les agents antiplaquettaires interfèrent avec l’agrégation plaquettaire, réduisant ainsi le risque de formation de caillots intravasculaires. L'acide acétylsalicylique est l'agent antiplaquettaire le plus efficace pour lequel la base de preuves est la plus grande. C'est la même Aspirine que nos grands-parents utilisaient pour traiter le rhume et la grippe. Cependant, les comprimés d’aspirine conventionnels utilisés en tant que médicament permanent ne sont pas adaptés aux maladies coronariennes. Le fait est que la prise d'acide acétylsalicylique entraîne une menace d'irritation gastrique, d'apparition d'un ulcère peptique et de saignements intragastriques. Par conséquent, les comprimés d'acide acétylsalicylique pour noyaux sont généralement enrobés d'un enrobage entérique spécial. Ou bien l'acide acétylsalicylique est mélangé avec d'autres composants, empêchant son contact avec la muqueuse gastrique, comme par exemple dans Cardiomagnyl.

Les anticoagulants préviennent également la formation de caillots sanguins, mais ont un mécanisme d'action complètement différent de celui des agents antiplaquettaires. L'héparine est le médicament le plus courant de ce type.

Les bêta-adrénobloquants interfèrent avec les effets de l'adrénaline sur des récepteurs spécifiques situés dans le cœur - les récepteurs de l'adrénaline de type bêta. En conséquence, la fréquence cardiaque du patient diminue, la charge sur le muscle cardiaque et, par conséquent, son besoin en oxygène. Le métoprolol, le propranolol sont des exemples de bêta-bloquants modernes. Cependant, ce type de médicament n'est pas toujours prescrit pour l'IHD, car il comporte un certain nombre de contre-indications, par exemple certains types d'arythmie, de bradycardie, d'hypotension.

La troisième classe de médicaments de première ligne pour le traitement de la maladie coronarienne est celle qui réduit le cholestérol dans le sang (statines). L'atorvastatine est le médicament le plus efficace parmi les statines. Pendant les six mois de traitement avec ce médicament, les plaques athéromateuses chez les patients ont été réduites en moyenne de 12%. Cependant, d'autres types de statines peuvent être prescrits par un médecin - lovastatine, simvastatine, rosuvastatine.

Les médicaments de la classe des fibrates sont également destinés à réduire le mauvais glycérol. Cependant, le mécanisme de leur action n'est pas direct, mais indirect - grâce à eux, la capacité des lipoprotéines de haute densité à traiter le «mauvais» cholestérol augmente. Les deux types de médicaments - les fibrates et les statines peuvent être administrés ensemble.

Aussi avec IHD peut être utilisé d'autres médicaments:

  • les antihypertenseurs (si la cardiopathie ischémique est accompagnée d’hypertension),
  • médicaments diurétiques (insuffisance rénale),
  • médicaments hypoglycémiques (avec diabète concomitant),
  • agents métaboliques (amélioration des processus métaboliques du cœur, par exemple le mildronate),
  • les sédatifs et les tranquillisants (pour réduire le stress et soulager l'anxiété).

Cependant, le type de médicament le plus couramment utilisé pris directement au début de l’angine de poitrine est les nitrates. Ils ont un effet vasodilatateur prononcé, aident à soulager la douleur et à prévenir une conséquence aussi terrible de la maladie coronarienne, comme l’infarctus du myocarde. Le médicament le plus célèbre de ce type, utilisé depuis le siècle dernier, est la nitroglycérine. Cependant, il convient de rappeler que la nitroglycérine et d'autres nitrates sont des moyens symptomatiques pour une dose unique. Leur utilisation régulière n'améliore pas le pronostic de la maladie coronarienne.

Le deuxième groupe de méthodes non médicamenteuses de lutte contre les maladies coronariennes est constitué d’exercice physique. Bien sûr, pendant la période d'exacerbation de la maladie, avec un angor instable, toute charge grave est interdite, car elle peut être fatale. Cependant, pendant la période de rééducation, on montre aux patients une gymnastique et divers exercices physiques, tels que prescrits par un médecin. Une telle charge dosée entraîne le cœur, le rend plus résistant au manque d'oxygène et aide également à contrôler le poids corporel.

Dans le cas où l'utilisation de médicaments et d'autres types de traitement conservateur ne conduit pas à une amélioration, des méthodes plus radicales sont utilisées, y compris des méthodes chirurgicales. La méthode la plus moderne de traitement des cardiopathies ischémiques est l’angioplastie par ballonnet, souvent associée à une endoprothèse ultérieure. L’essence de cette méthode réside dans le fait qu’un ballon miniature est introduit dans la lumière du vaisseau étranglé, qui est ensuite gonflé à l’air puis soufflé. En conséquence, la lumière du vaisseau est considérablement élargie. Cependant, après un certain temps, la lumière peut rétrécir à nouveau. Pour éviter que cela ne se produise de l'intérieur, les parois de l'artère sont renforcées avec un cadre spécial. Cette opération s'appelle le stenting.

Cependant, dans certains cas, l'angioplastie est impuissante à aider le patient. Ensuite, la seule issue est le pontage coronarien. L’essentiel de l’opération consiste à contourner la zone touchée du vaisseau et à relier les deux segments de l’artère dans lesquels l’athérosclérose n’est pas observée. À cette fin, un petit morceau de veine d'une autre partie du corps est prélevé sur le patient et transplanté à la place de la partie endommagée de l'artère. Grâce à cette opération, le sang a la possibilité d’atteindre les parties nécessaires du muscle cardiaque.

Prévention

Il est bien connu que le traitement est toujours plus difficile que d’éviter la maladie. Cela est particulièrement vrai d'une maladie aussi grave et parfois incurable, comme la cardiopathie ischémique. Des millions de personnes dans le monde et dans notre pays souffrent de cette maladie cardiaque. Mais dans la plupart des cas, ce ne sont pas les circonstances défavorables, les facteurs héréditaires ou externes qui sont à l'origine de la maladie, mais la personne elle-même, son mode de vie et son comportement erronés.

Rappelons encore une fois les facteurs qui conduisent souvent à l’incidence précoce des cardiopathies congénitales:

  • mode de vie sédentaire
  • un régime qui contient de grandes quantités de cholestérol nocif et de glucides simples,
  • stress constant et fatigue,
  • hypertension et diabète non contrôlés,
  • l'alcoolisme,
  • fumer

Changer quelque chose dans cette liste, en faisant en sorte que ce problème disparaisse de notre vie et que nous ne soyons pas traités pour une cardiopathie congénitale, force de la plupart d'entre nous.

Classification CHD

Il est accepté d’attribuer la forme chronique et aiguë d’une cardiopathie ischémique. La première catégorie comprend l'insuffisance cardiaque, l'arythmie, la cardiosclérose. L'ischémie aiguë comprend la mort subite, l'angine instable et la crise cardiaque. Il existe également plusieurs classes de la maladie, qui se caractérisent par certaines caractéristiques:

  1. Marcher ou monter les escaliers ne provoque pas de convulsions. Les symptômes de la pathologie se manifestent lors de charges intensives ou prolongées.
  2. Il y a une légère limitation de l'activité motrice. L'attaque se développe parfois après le réveil, les repas, une situation stressante.
  3. Limitation significative de l'activité. L'attaque s'empare après 200 mètres de marche habituelle.
  4. Complètement perdu la capacité d'effectuer n'importe quel travail physique. Les douleurs d'angine apparaissent même dans un état calme.

Mort coronaire soudaine

Par ce terme, on entend une mort naturelle. Chez les hommes, les arrêts cardiaques sont plus fréquents que chez les femmes à un ratio de 10: 1. Cette forme de la maladie est dans la plupart des cas associée à une fibrillation ventriculaire, lorsqu’il ya une contraction chaotique de différentes fibres cardiaques à une fréquence cardiaque de 300 à 600 battements / minute. Cette condition n'est pas suffisante pour une circulation sanguine normale et n'est donc pas compatible avec la vie. Plus rarement, cette forme de maladie coronarienne peut être associée à une asystole ou à une bradycardie.

CHD - angine de poitrine

Par cette condition, on entend le syndrome ischémique, qui se manifeste par une douleur à la poitrine, irradiant vers l'épigastre, la mâchoire, les membres supérieurs, le cou. La cause immédiate de la pathologie est un apport sanguin insuffisant au muscle cardiaque. L'angine de poitrine stable est facilement soulagée par des médicaments, car elle présente des convulsions stéréotypées. Une violation instable conduit parfois à un infarctus du myocarde ou à la mort. La forme spontanée (insuffisance cardiaque chronique) se manifeste même dans un état calme et a une origine vasospastique.

CHD - cardiosclérose

Lorsque le tissu cicatriciel se développe dans le myocarde et que les valves sont déformées, cette pathologie est appelée cardiosclérose. Cette condition est une manifestation de la maladie coronarienne chronique. La forme athéroscléreuse de la maladie a un long processus de développement et sa progression perturbe le rythme cardiaque, ce qui provoque des modifications nécrotiques et une cicatrisation des tissus du myocarde. Les modifications sclérotiques conduisent au développement d'une maladie cardiaque acquise ou d'une bradycardie.

CHD - infarctus du myocarde

La nécrose de la couche musculaire causée par un apport sanguin insuffisant est appelée infarctus du myocarde. Cette forme de coronaropathie - de quoi s'agit-il? La maladie en manifestation clinique attribue trois degrés: douleur (1-2 jours), fébrile (7-15 jours), cicatrisation (2-6 mois). En règle générale, une crise cardiaque est précédée d'une exacerbation de l'IHD, qui se manifeste par une augmentation des crises d'angine de poitrine, une sensation de rythme cardiaque perturbé et les premiers signes d'insuffisance cardiaque. Cette condition s'appelle préinfarctus.

Forme arythmique de CHD

En médecine, l'arythmie s'appelle une perturbation du cœur lorsque la régularité et la fréquence des contractions changent.La forme arythmique de la maladie coronarienne est la plus courante, car elle est souvent le seul symptôme de la maladie. Non seulement les maladies coronariennes chroniques, mais aussi les mauvaises habitudes, le stress prolongé, la toxicomanie et d’autres maladies peuvent provoquer une arythmie. Cette forme d’IHD se caractérise par une fréquence cardiaque lente ou rapide due à la perturbation de la fonctionnalité des impulsions électriques.

Forme indolore de CHD

Il s'agit d'une déficience temporaire de la circulation sanguine du myocarde, qui n'est pas accompagnée d'une crise douloureuse, mais est enregistrée sur un cardiogramme. La forme indolore de l'IHD peut se manifester ou être associée à d'autres formes d'ischémie myocardique. Selon la classification, il est divisé en plusieurs types:

  1. Le premier Il est diagnostiqué chez des patients présentant une angiographie coronaire, mais uniquement si d'autres formes de maladie coronarienne n'ont pas encore été détectées.
  2. La seconde. Apparaît chez les personnes qui ont eu une crise cardiaque, mais sans crises d'angine.
  3. Le troisième. Il est diagnostiqué chez les patients présentant un diagnostic d'angine progressive.

CHD - symptômes

L'ischémie cardiaque présente des symptômes de manifestations physiques et mentales. Le premier est l’arythmie, la faiblesse, l’essoufflement, la transpiration accrue. Le patient a des douleurs thoraciques spontanées qui ne cessent pas même après avoir pris de la nitroglycérine, il devient très pâle. Symptômes mentaux de la maladie coronarienne:

  • grave manque d'oxygène
  • apathie, humeur triste,
  • panique peur de la mort
  • anxiété sans cause.

En cas d'ischémie myocardique, pour un traitement réussi de la pathologie, les médecins distinguent les symptômes cliniques par les formes d'IHD:

  1. Mort coronaire Les symptômes se développent rapidement: les pupilles ne réagissent pas à la lumière, il n’ya pas de conscience, de pouls ou de respiration.
  2. Angine de poitrine Les douleurs de compression, coupure, compression et brûlure sont localisées dans l'épigastre ou derrière le sternum. Une crise d'angine de poitrine dure de 2 à 5 minutes et est rapidement stoppée par des médicaments. L'angine vasospastique est caractérisée par une sensation de gêne derrière le sternum au repos. Au début de l’angine de poitrine, on observe une augmentation de la pression artérielle, des attaques spontanées allant jusqu’à 15 minutes lors d’un effort physique. L'angine de poitrine précoce après infarctus survient après un infarctus du myocarde
  3. Cardiosclérose Il existe un œdème pulmonaire, une atteinte myocardique diffuse ou focale, une rupture d'anévrisme, un rythme cardiaque persistant. Le patient semble gonflement des pieds, manque d'air, vertiges, avec le temps - douleur dans l'hypochondre, une augmentation de l'abdomen. La cardiosclérose post-infarctus est caractérisée par des crises d'asthme nocturne, une tachycardie, une dyspnée progressive.
  4. Crise cardiaque. Forte douleur derrière le sternum, s'étendant à la mâchoire, à l'omoplate gauche et au bras. Continue jusqu'à une demi-heure lorsque la nitroglycérine ne passe pas. Le patient présente des sueurs froides, une forte diminution de la pression artérielle, une faiblesse, des vomissements, la peur de la mort.
  5. Syndrome coronarien X. Douleur compressive ou compressive dans la région auriculaire ou derrière le sternum, qui dure jusqu'à 10 minutes.

Diagnostic de CHD

Déterminer la forme de l'ischémie myocardique est un processus important et difficile. La prescription réussie de la pharmacothérapie dépend du bon diagnostic. Le diagnostic principal de la maladie coronarienne est une enquête sur le patient et une recherche physique. Après avoir identifié la cause et l'étendue du trouble, le spécialiste vous prescrit les méthodes de diagnostic suivantes:

  • analyses d'urine et de sang (générales, biochimiques),
  • Surveillance Holter,
  • électrocardiographie (ECG),
  • échocardiographie (échocardiographie)
  • tests fonctionnels
  • Échographie du coeur,
  • angiographie
  • électrocardiographie intra-oesophagienne.

CHD - traitement

Toujours sur la base de paramètres de laboratoire, le médecin prescrit, en plus du régime alimentaire et de la mise en place d'un schéma posologique bénin, le traitement de l'ID avec des médicaments des groupes pharmacologiques suivants:

  1. β-bloquants. Aténol, Prinorm.
  2. Médicaments anti-arythmiques. Amiodarone, Lorcaine.
  3. Antiplaquettaires et anticoagulants. Verapamil, Warfarin.
  4. Antioxydants Mexicor, Ethyl methyl hydroxypyridine.
  5. Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine. Captopril, Lisinopril, Enalapril.
  6. Nitrates Nitroglycérine, mononitrate d'isosorbide.
  7. Les diurétiques. Hypothiazide, Indapamide.
  8. Médicaments hypolipidémiants naturels. Atorvastatine, Mildronat, Rosuvastatine, Trimétazidine.
  9. Statines. Lovastatine, Simvastatine.
  10. Fibrates. Fenofibrat, Miscleron.

Informations générales

Cardiopathie ischémique est le problème le plus grave de la cardiologie moderne et de la médecine en général. En Russie, environ 700 000 décès dus à diverses formes d’IHD sont enregistrés chaque année dans le monde et le taux de mortalité par IHD dans le monde est d’environ 70%. La maladie coronarienne est plus susceptible d’affecter les hommes en âge de travailler (de 55 à 64 ans), entraînant une invalidité ou une mort subite.

Au cœur du développement de la maladie coronarienne se trouve un déséquilibre entre le besoin du muscle cardiaque dans l’approvisionnement en sang et le débit sanguin coronaire réel. Ce déséquilibre peut se développer en raison de la forte augmentation du besoin en myocarde dans l'approvisionnement en sang, mais de sa mise en œuvre insuffisante, ou de la nécessité habituelle, mais d'une nette diminution de la circulation coronaire. Le manque d'apport sanguin au myocarde est particulièrement prononcé dans les cas où le débit sanguin coronaire est réduit et où le besoin de circulation sanguine du muscle cardiaque augmente considérablement. Un apport sanguin insuffisant aux tissus cardiaques, leur insuffisance en oxygène se manifeste par diverses formes de maladie coronarienne. Le groupe des cardiopathies congénitales comprend les états d'ischémie myocardique en développement intense et chroniques, suivis de ses modifications ultérieures: dystrophie, nécrose, sclérose. Ces conditions en cardiologie sont considérées, entre autres, comme des unités nosologiques indépendantes.

Causes et facteurs de risque

La très grande majorité (97 à 98%) des cas cliniques de coronaropathie sont dus à l'athérosclérose des artères coronaires de gravité variable: du léger rétrécissement de la lumière d'une plaque d'athérosclérose à la complète occlusion vasculaire. À 75% de sténose coronaire, les cellules du muscle cardiaque répondent au manque en oxygène et les patients développent une angine de poitrine.

La thromboembolie ou le spasme des artères coronaires, qui se développent généralement dans le contexte d'une lésion athéroscléreuse existante, sont d'autres causes de la maladie coronarienne. Le cardiospasme aggrave l'obstruction des vaisseaux coronaires et provoque des manifestations de maladie coronarienne.

Les facteurs contribuant à la survenue d'une cardiopathie congénitale comprennent:

Contribue au développement de l'athérosclérose et augmente le risque de maladie coronarienne de 2 à 5 fois. Les plus dangereux en termes de risque de maladie coronarienne sont les hyperlipidémies de types IIa, IIb, III, IV, ainsi que la diminution du contenu en alpha-lipoprotéines.

L'hypertension augmente la probabilité de contracter une maladie coronarienne de 2 à 6 fois. Chez les patients présentant une pression artérielle systolique = 180 mm Hg. Art. et une cardiopathie ischémique plus élevée est retrouvée jusqu'à 8 fois plus souvent que chez les hypotendus et les personnes dont la pression artérielle est normale.

Selon diverses données, fumer des cigarettes augmente l'incidence de la maladie coronarienne de 1,5 à 6 fois. La mortalité par maladie coronarienne chez les hommes de 35 à 64 ans, qui fument 20 à 30 cigarettes par jour, est deux fois plus élevée que chez les non-fumeurs du même groupe d’âge.

Les personnes physiquement inactives présentent un risque de cardiopathie congénitale trois fois plus élevé que celles qui mènent une vie active. Lorsque l’hypodynamie est associée à un excès de poids, ce risque augmente considérablement.

  • diminution de la tolérance aux glucides

En cas de diabète sucré, y compris de diabète latent, le risque d'incidence de maladie coronarienne augmente de 2 à 4 fois.

Les facteurs qui constituent une menace pour le développement des cardiopathies congénitales devraient également inclure l'hérédité accablée, le sexe masculin et les patients âgés. Avec une combinaison de plusieurs facteurs prédisposants, le degré de risque de développement d'une maladie coronarienne augmente considérablement.

Les causes et la vitesse de l'ischémie, sa durée et sa gravité, ainsi que l'état initial du système cardiovasculaire de l'individu déterminent la survenue de l'une ou l'autre forme de maladie cardiaque ischémique.

Symptômes de coronaropathie

Les manifestations cliniques de la maladie coronarienne sont déterminées par la forme spécifique de la maladie (voir infarctus du myocarde, angine de poitrine). En général, la coronaropathie évolue comme une vague: des périodes d’état de santé normalement stable alternent avec des épisodes d’ischémie aiguë. Environ 1/3 des patients, en particulier avec une ischémie myocardique silencieuse, ne ressentent pas du tout la présence d'un IHD. La progression de la maladie coronarienne peut se développer lentement au cours de décennies, et les formes de la maladie et, par conséquent, les symptômes peuvent changer.

Les douleurs thoraciques associées à un effort physique ou au stress, des douleurs au dos, aux bras, à la mâchoire inférieure, un essoufflement, une accélération du rythme cardiaque ou une impression d'interruption, une faiblesse, des nausées, des vertiges, un assombrissement de la conscience et des évanouissements, une transpiration excessive sont des manifestations courantes de la maladie coronarienne. La coronaropathie est souvent détectée au stade du développement de l'insuffisance cardiaque chronique avec apparition d'un œdème aux membres inférieurs, essoufflement grave, obligeant le patient à se mettre en position assise forcée.

Ces symptômes de maladie coronarienne ne se manifestent généralement pas en même temps; avec une certaine forme de la maladie, certaines manifestations de l’ischémie prédominent.

Les annonciateurs d'un arrêt cardiaque primaire chez les patients atteints de cardiopathie ischémique peuvent être des sensations épisodiques apparaissant d'inconfort derrière le sternum, de peur de la mort et de labilité psycho-émotionnelle. En cas de mort coronaire soudaine, le patient perd conscience, il y a arrêt de la respiration, il n'y a pas de pouls sur les artères principales (fémorale, carotide), les bruits du coeur ne sont pas entendus, les pupilles se dilatent, la peau prend une teinte grisâtre pâle. Les cas d'arrêt cardiaque primaire représentent jusqu'à 60% des décès par maladie coronarienne, principalement au cours de la phase préhospitalière.

Des complications

Les perturbations hémodynamiques du muscle cardiaque et ses dommages ischémiques entraînent de nombreux changements morpho-fonctionnels qui déterminent la forme et le pronostic de la maladie coronarienne. L'ischémie myocardique résulte des mécanismes de décompensation suivants:

  • manque de métabolisme énergétique des cellules du myocarde - cardiomyocytes,
  • Myocarde «assommé» et «endormi» (ou hibernant) - forme de contractilité altérée du ventricule gauche chez les patients atteints de coronaropathie, de nature transitoire,
  • développement d'une cardiosclérose diffuse athéroscléreuse et focale post-infarctus - réduisant le nombre de cardiomyocytes en fonctionnement et le développement de tissu conjonctif à leur place,
  • violation des fonctions systoliques et diastoliques du myocarde,
  • trouble de l'excitabilité, de la conductivité, de l'automatisme et de la contractilité du myocarde.

Les modifications morpho-fonctionnelles énumérées dans le myocarde dans les cardiopathies ischémiques conduisent au développement d’une diminution persistante de la circulation coronaire, c’est-à-dire d’une insuffisance cardiaque.

Diagnostics

Le diagnostic de la maladie coronarienne est effectué par des cardiologues dans un hôpital ou une clinique cardiologique en utilisant des techniques instrumentales spécifiques. Lors de l'entretien avec un patient, les plaintes et les symptômes typiques d'une maladie coronarienne sont clarifiés. À l'examen, la présence d'un œdème, d'une cyanose de la peau, de souffles cardiaques et de troubles du rythme est déterminée.

Les tests de laboratoire et de diagnostic impliquent l’étude des enzymes spécifiques qui augmentent avec l’angor instable et l’infarctus (créatine phosphokinase (pendant les 4-8 premières heures), la troponine-I (7-10 jours), la troponine-T (10-14 jours), la transaminase. , lactate déshydrogénase, myoglobine (le premier jour)). Ces enzymes protéiques intracellulaires lors de la destruction des cardiomyocytes sont libérées dans le sang (syndrome de résorption nécrotique). Une étude est également menée sur le niveau de cholestérol total, de lipoprotéines de densité faible (athérogène) et élevée (anti-athérogène), de triglycérides, de sucre dans le sang, d'ALT et d'AST (marqueurs de cytolyse non spécifiques).

La méthode la plus importante pour le diagnostic des maladies cardiaques, y compris les maladies coronariennes, est l’enregistrement ECG de l’activité électrique du cœur, qui permet de détecter les violations du mode de fonctionnement normal du myocarde. L'échocardiographie - une méthode d'échographie cardiaque permet de visualiser la taille du cœur, l'état des cavités et des valves, d'évaluer la contractilité du myocarde, le bruit acoustique. Dans certains cas, coronaropathie avec échocardiographie de stress - diagnostic échographique utilisant un exercice de dosage, enregistrant une ischémie du myocarde.

Dans le diagnostic de la maladie coronarienne, les tests fonctionnels avec une charge sont largement utilisés. Ils sont utilisés pour identifier les stades précoces de la maladie coronarienne, lorsque les violations sont encore impossibles à déterminer au repos. Comme test de résistance, des marches, des escaliers, des charges sur des simulateurs (vélo d’exercice, tapis de course) sont utilisés, accompagnés d’une fixation de la performance cardiaque par ECG. L'utilisation limitée des tests fonctionnels dans certains cas est due à l'incapacité des patients à effectuer la charge requise.

La surveillance quotidienne de l'ECG par Holter implique l'enregistrement d'un ECG effectué pendant la journée et la détection d'anomalies intermittentes du cœur. Pour l'étude, un appareil portable (moniteur Holter) est utilisé, fixé à l'épaule ou à la ceinture du patient et effectuant des lectures, ainsi qu'un journal d'auto-observation dans lequel le patient surveille ses actions et son état de santé heure par heure. Les données obtenues pendant le processus de surveillance sont traitées sur l'ordinateur. La surveillance de l'ECG permet non seulement d'identifier les manifestations de la maladie coronarienne, mais également les causes et conditions de leur apparition, qui sont particulièrement importantes dans le diagnostic de l'angine de poitrine.

L'électrocardiographie extra-oesophagienne (CPECG) permet une évaluation détaillée de l'excitabilité électrique et de la conductivité du myocarde. L’essence de la méthode consiste à insérer un capteur dans l’œsophage et à enregistrer des indicateurs de performance cardiaque, en contournant les perturbations créées par la peau, la graisse sous-cutanée et la cage thoracique.

La coronarographie dans le diagnostic de la maladie coronarienne permet de mettre en contraste les vaisseaux du myocarde et de déterminer les violations de leur perméabilité, du degré de sténose ou de l'occlusion. L'angiographie coronaire est utilisée pour traiter le problème de la chirurgie vasculaire cardiaque. Avec l'introduction d'un agent de contraste, il est possible que des phénomènes allergiques, y compris l'anaphylaxie.

Pronostic et prévention

La définition du pronostic pour la cardiopathie congénitale dépend de la corrélation de divers facteurs. Donc, influe négativement sur le pronostic d'une combinaison de maladie coronarienne et d'hypertension artérielle, de graves troubles du métabolisme des lipides et du diabète. Le traitement ne peut que ralentir la progression régulière de la maladie coronarienne, mais ne pas arrêter son développement.

La prévention la plus efficace des maladies coronariennes consiste à réduire les effets néfastes des menaces: élimination de l'alcool et du tabac, surcharge psycho-émotionnelle, maintien d'un poids corporel optimal, activité physique, contrôle de la pression artérielle, alimentation saine.

Loading...

Catégories Populaires