Infection à adénovirus chez les enfants et les adultes: signes, traitement

Infection à adénovirus
CIM-10B 97.0 97.0
MailleD000257

Infection à adénovirus - Un groupe de maladies infectieuses humaines, dont l'agent causal sont des adénovirus. Ils appartiennent au groupe des infections virales respiratoires aiguës (ARVI) et se caractérisent par des lésions des muqueuses des voies respiratoires supérieures, de la conjonctive et du tissu lymphoïde. Il y a une fièvre avec des symptômes d'intoxication modérés.

Des complications

Adénovirus pour la première fois (à savoir un virus du genre) Mastadénovirus les familles Adénovir> On en connaît actuellement plus de 40 variétés. L'adénovirus est résistant à l'environnement et à l'action des solvants organiques.

Épidémiologie

La source d'infection est un patient présentant une forme quelconque d'infection adénovirale ou un porteur de virus en bonne santé. Il existe un risque important d’infection par les patients au début de la maladie, c’est-à-dire pendant les deux premières semaines. Cependant, il arrive également que le virus continue à être libéré au cours des 3 à 4 prochaines semaines de la période de récupération.

L'infection est transmise par des gouttelettes en suspension dans l'air et par voie fécale-orale. La plus susceptible à ses enfants âgés de 6 mois à 5 ans. Les enfants de moins de 6 mois ne sont pas susceptibles d’être infectés en raison de la présence d’une immunité transplacentaire, c’est-à-dire reçu de la mère. Après avoir souffert de la maladie, une immunité spécifique de type se produit.

Les épidémies de la maladie sont enregistrées tout au long de l’année, surtout en hiver et sous la forme de cas sporadiques à la saison chaude. L'infection est favorisée par une communication étroite des enfants. Souvent, les groupes d'enfants organisés sont des vagues de maladie, dans les 10 à 12 jours. Pour tous les types d'adénovirus, la présence d'un complément commun d'un antigène de liaison est caractéristique.

Manifestations cliniques

La période d'incubation est de 1 jour à 2 semaines. La maladie débute de manière aiguë avec une élévation de la température. La tétrade des symptômes est caractéristique: rhinite - pharyngite - conjonctivite - fièvre. On note également des symptômes d'intoxication générale - faiblesse, léthargie, maux de tête, manque d'appétit, somnolence. Le diagnostic de laboratoire est inefficace. Dans les analyses de sang en général, les modifications non spécifiques (lymphocytose, leucopénie), les écouvillonnages nasopharyngés ne sont pas utilisés à grande échelle en médecine pratique.

Pathogenèse

L'infection pénètre dans le corps par les muqueuses des voies respiratoires supérieures, moins souvent - dans l'intestin ou la conjonctive. Le virus pénètre dans les cellules épithéliales et les cellules du tissu lymphoïde, infecte le cytoplasme et le noyau, où l'ADN viral se réplique. Les cellules touchées cessent de se diviser et meurent. Les virus envahissent d'autres cellules des muqueuses et des ganglions lymphatiques, ainsi que dans le sang. Ceci est accompagné d’une inflammation exsudative massive des muqueuses, c’est-à-dire l'accumulation de fluide en eux. La conjonctivite apparaît. De plus, les organes internes (poumons, bronches, intestins, reins, foie, rate), ainsi que le cerveau, les ganglions lymphatiques mésentériques, sont impliqués dans le processus pathologique.

Des complications

La sinusite la plus courante, l'otite, rarement la pneumonie. Il existe souvent un laryngospasme chez les jeunes enfants.

Epidémiologie de l'infection à adénovirus

La source d'infection est une personne malade qui libère le virus dans l'environnement tout au long de la maladie, ainsi que le porteur du virus. L'isolement du virus se produit à partir des voies respiratoires supérieures, avec les selles, les larmes. Le rôle des porteurs de virus «en bonne santé» dans la transmission de l'infection est suffisamment important. La durée maximale de libération du virus est de 40 à 50 jours. La conjonctivite adénovirale peut être une infection nosocomiale. Le mécanisme de transmission est aéroporté, fécal-oral. Modes de transmission - aéroporté, alimentaire, contact-ménage. Infection intra-utérine possible du fœtus. La susceptibilité est élevée. La plupart des enfants et des jeunes sont malades. La saisonnalité n’est pas critique, mais au cours de la saison froide, l’incidence des infections adénovirales augmente, à l’exception de la fièvre pharyngoconjonctivale, diagnostiquée en été. La nature du processus épidémique est largement déterminée par les types sérologiques d'adénovirus. Les épidémies causées par les adénovirus de type 1, 2, 5 sont plus rares, les types 3, 7 sont plus fréquents, une immunité spécifique se forme après la maladie.

, , , , , , ,

Qu'est-ce qui cause l'infection à adénovirus?

Pathogènes - genre adénovirus Mastadénovirus (adénovirus mammifères) famille Adenoviridae. Le genre comprend 80 espèces (sérotypes).

La famille combine des virus avec une capside nue, le diamètre moyen du virion est de 60 à 90 nm. Le virus mature comprend 252 capsomères, dont 240 hexones formant des faces et 12 pentones. formant des verticales. Le génome est représenté par un ADN double brin linéaire. Chaque virion a au moins 7 déterminants antigéniques. Les propriétés antigéniques sont à la base de la classification des adénovirus. La nucléocapside est un antigène unique de liaison au complément de cette famille. C'est pourquoi les adénovirus sont détectés dans le RAC en utilisant un sérum spécifique à un groupe. Les hexons contiennent des déterminants réactifs de la famille et des antigènes spécifiques du type qui agissent lors de la libération d’hexones du virion et sont responsables de la manifestation de l’effet toxique. Les antigènes Hexon contiennent également des déterminants spécifiques au genre et au groupe. Les pentones contiennent de petits antigènes du virus et des antigènes solubles réactifs de la famille, trouvés dans les cellules infectées. Les brins d'ADN purifiés contiennent l'antigène principal spécifique. Les pentones et les filaments sont responsables des propriétés hémagglutinantes des virus. Les antigènes de surface des protéines structurelles sont spécifiques à l'espèce et au type. Le génome est représenté par une molécule d'ADN double brin linéaire.

Les adénovirus sont extrêmement résistants à l'environnement. Stockés à l'état congelé, s'adapter à une température de 4 à 50 ° C. Dans l'eau à 4 ° C, ils restent viables pendant 2 ans: sur le verre, les vêtements survivent pendant 10 à 45 jours. Résistant à l'éther et aux autres solvants lipidiques. Ils meurent des rayons ultraviolets, du chlore, à une température de 56 ° C et meurent au bout de 30 minutes.

Pour l’homme, les agents pathogènes sont 49 types d’adénovirus, les sérovars des types 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 12, 14, 21 sont les plus importants et les types 1, 2, 5, 6 sont plus susceptibles de provoquer des maladies chez les enfants d’âge préscolaire. 3, 4, 7, 14, 21 - chez les adultes.

Pathogenèse de l'infection à adénovirus

Différents organes et tissus sont impliqués dans le processus pathologique: voies respiratoires, tissus lymphoïdes, intestins, vessie, yeux, cerveau. Les adénovirus des sérotypes 3, 4, 8, 19 provoquent la conjonctivite et les sérotypes 40, 41 provoquent le développement de la gastro-entérite. Les infections causées par les sérotypes 3, 7, 11, 14. 21 se produisent de manière aiguë avec l'élimination rapide de l'agent pathogène. Les sérotypes 1, 2, 5, 6 provoquent des maladies à écoulement facile, mais peuvent persister longtemps dans le tissu lymphoïde des amygdales, des végétations adénoïdes, des ganglions mésentériques, etc. Les adénovirus peuvent pénétrer dans le placenta, provoquant un développement anormal du fœtus, une pneumonie du nouveau-né. Portes d'entrée de l'infection - voies respiratoires supérieures ou muqueuses conjonctivales.

La réplication primaire du virus se produit dans les cellules épithéliales de la membrane muqueuse des voies respiratoires et des intestins, dans la conjonctive des yeux et du tissu lymphoïde (amygdales, ganglions mésentériques). Les adénovirus, circulant dans le sang, affectent l’endothélium vasculaire. Dans les cellules touchées, des inclusions intranucléaires de forme ovale ou ronde se forment, contenant de l'ADN. Les cellules augmentent, subissent la destruction, le liquide séreux s'accumule sous l'épithélium. Cela conduit à une inflammation exsudative des muqueuses, à la formation de films fibrineux et à une nécrose. On observe une infiltration lymphoïde dans les couches profondes des parois de la trachée et des bronches. Dans la lumière des bronches contient un exsudat séreux mélangé avec des macrophages et des leucocytes simples.

Chez les jeunes enfants, les virus peuvent atteindre les alvéoles par voie bronchique, provoquant une pneumonie. En plus des changements locaux, les adénovirus ont un effet toxique général sur le corps, qui se traduit par des symptômes d'intoxication.

, ,

Symptômes d'infection à adénovirus

La période d'incubation dure de 5 à 14 jours.

L'infection à adénovirus se distingue par le polymorphisme des symptômes cliniques et des syndromes. Le tableau clinique peut être dominé par des symptômes indiquant des lésions des voies respiratoires, des yeux, des intestins et de la vessie. tissu lymphoïde. Peut-être le développement de la méningo-encéphalite. Chez l'adulte, l'infection à adénovirus survient plus souvent sous une forme latente, chez les jeunes - de manière cliniquement prononcée. La maladie se développe progressivement. La température augmente à partir du premier jour de la maladie, sa durée varie de 5 à 7 jours à 2 semaines. Parfois, l'état subfébrile dure jusqu'à 4 à 6 semaines, il peut y avoir une fièvre à deux vagues, rarement trois vagues sont observées. Dans la plupart des cas, les symptômes d'intoxication sont modérés, même en cas de forte fièvre.

Étant donné que les adénovirus jouent un rôle trophique dans le tissu lymphoïde, les amygdales nasopharyngées sont impliquées dans le processus dès les premiers jours de la maladie et il est difficile de respirer nasalement, de gonfler le visage, de rhinite séreuse avec écoulement abondant (surtout chez les plus jeunes). La pharyngite à composante exsudative prononcée est un symptôme caractéristique de la maladie. La pharyngite se caractérise par une douleur modérée ou un mal de gorge. À l'examen, l'hyperplasie des follicules lymphoïdes est révélée sur le fond de la muqueuse oedémateuse et hyperémique de la paroi postérieure du pharynx. Les amygdales sont agrandies; chez certains patients, des taches blanches et tendres sont visibles, faciles à éliminer à la spatule.

Chez l'adulte, contrairement aux enfants, les signes cliniques de bronchite sont rarement détectés. Pour les enfants caractérisés par une courte toux modérée accompagnée d'un écoulement muqueux maigre. En outre, presque chaque cinquième enfant malade développe une laryngotrachéite aiguë de sténose, qui est difficile, avec une composante exsudative prononcée. Certains enfants développent un syndrome obstructif, qui a une forme gonflée ou mixte. Cela peut durer jusqu'à 3 semaines. Dans ce cas, la toux est humide, obsessionnelle, l'expiration est difficile, l'essoufflement est de type mixte. L'auscultatoire est déterminé par un grand nombre de râles panachées humides et simples. Chez les jeunes enfants peuvent développer une bronchite oblitérante.

L'infection adénovirale s'accompagne souvent d'une adénopathie modérée. Les ganglions lymphatiques cervicaux, sous-mandibulaires, médiastinaux et mésentériques sont élargis. La mésadénite se manifeste soit dans le contexte d’autres manifestations de l’infection adénovirale, soit en tant que syndrome principal. Le signe clinique principal est une douleur paroxystique aiguë principalement dans le bas de l'abdomen (dans les régions iliaque droite, para-ombilicale). Il y a souvent des nausées, moins de vomissements et de la diarrhée. Les modifications du système cardiovasculaire sont pratiquement absentes. Chez certains patients, un syndrome hépatolien survient, parfois accompagné d’une activité accrue des aminotransférases (ALT, ACT).

La conjonctivite se développe souvent. Au début, il est unilatéral, plus tard, le deuxième œil est affecté. Il existe des conjonctivites catarrhale, folliculaire et membraneuse. La dernière forme est la plus typique. La conjonctive des paupières est hyperémique, granuleuse, légèrement enflée, il peut y avoir une légère sécrétion. Après 1-3 jours sur la conjonctive apparaissent des raids de film blanc ou blanc grisâtre. Un symptôme commun est un gonflement des paupières. On observe rarement une kératoconjonctivite dans laquelle une infiltration est formée dans la couche sous-épithéliale de la cornée, un trouble de la cornée se produit et une acuité visuelle diminuée. Le processus dure jusqu'à un mois et, en règle générale, est réversible.

Chez les adultes infectés par un adénovirus, il peut exister des signes cliniques de cystite. Des cas d'encéphalite aiguë causée plus souvent par un adénovirus de sérotype 7 sont décrits. La fièvre pharyngoconjonctivale, qui présente un tableau clinique assez clair, avec une forte fièvre de 4 à 7 jours, une intoxication, une rhinopharyngite et une conjonctivite membraneuse a été isolée dans une forme indépendante de la maladie.

, ,

Causes et facteurs de risque

Les agents responsables de l'infection à adénovirus sont des virus contenant de l'ADN appartenant au genre Mastadenovirus de la famille des Adenoviridae. À l'heure actuelle, les experts ont décrit plus de 100 types d'adénovirus sérologiques, dont une quarantaine ont été isolés chez l'homme.

Tous les sérovars des adénovirus varient considérablement dans leurs caractéristiques épidémiologiques. Par exemple, les types de virus 1, 2 et 5 peuvent provoquer chez les jeunes enfants une atteinte des voies respiratoires supérieures, dans laquelle la persistance du virus dans le tissu lymphoïde se maintient pendant une longue période. Les virus de type 4, 7, 14 ou 21 provoquent le développement d'une inflammation des voies respiratoires supérieures chez l'adulte.

L'adénovirus de type 3 est l'agent responsable de la fièvre pharyngoconjonctivale (conjonctivite adénovirale) chez les adultes et les enfants du groupe de personnes plus âgées.

Dans l'environnement externe, les adénovirus sont relativement stables. À température ambiante, ils conservent leur viabilité pendant 15 jours. Les désinfectants contenant du chlore et les rayons ultraviolets les tuent en quelques minutes. Les adénovirus tolèrent bien les basses températures. Par exemple, dans l'eau à une température de 4 ° C, ils conservent leur viabilité pendant plus de deux ans.

La source et le réservoir d'infection est un malade ou un porteur du virus. Après la maladie, le virus est sécrété avec le secret des voies respiratoires supérieures pendant 25 jours supplémentaires et avec les selles pendant plus de 45 jours.

Il a été démontré que les enfants des premières années de vie et ceux présentant un risque d'infection par un adénovirus (contact avec une personne malade) introduisaient de l'interféron leucocytaire et une immunoglobuline spécifique.

Le mécanisme de transmission de l'infection adénovirale chez les enfants et les adultes est le plus souvent un aérosol (en suspension dans les gouttelettes de mucus, de salive), mais on peut également observer une alimentation (fécale-orale). La transmission de l'infection par des objets contaminés de l'environnement externe est très rare.

La susceptibilité des personnes à l’adénovirus est élevée. Après avoir souffert de la maladie, l'immunité persiste, mais elle est spécifique au type et, par conséquent, des cas répétés de la maladie peuvent survenir en raison du sérovar différent du virus.

Lorsque la voie d'infection en aérosol, l'adénovirus pénètre dans la membrane muqueuse des voies respiratoires supérieures, puis migre à travers les bronches vers la partie inférieure. La porte d'entrée peut également devenir la membrane muqueuse des yeux ou des intestins, dans laquelle le virus pénètre avec les particules de crachats au moment de leur ingestion.

La reproduction de l'agent pathogène infectieux se produit dans les cellules épithéliales des voies respiratoires, de l'intestin grêle. Dans la lésion, l'inflammation commence, accompagnée d'hyperplasie et d'infiltration du tissu sous-muqueux, d'expansion de ses capillaires, d'hémorragies. Cliniquement, il se manifeste par une pharyngite, un mal de gorge, une diarrhée ou une conjonctivite (souvent de nature membraneuse). Dans les cas graves, l'infection adénovirale peut entraîner le développement d'une kératoconjonctivite, accompagnée d'une opacité cornéenne persistante et d'une déficience visuelle.

À partir du site d'inflammation primaire avec le courant de la lymphe, le virus pénètre dans les ganglions lymphatiques régionaux, provoquant une hyperplasie du tissu lymphoïde. Il en résulte une mésadénite et une adénopathie.

La perméabilité tissulaire accrue et la suppression de l'activité des macrophages conduisent au développement de la virémie et à l'introduction d'adénovirus dans divers organes, ce qui s'accompagne du développement du syndrome d'intoxication.

Les adénovirus sont fixés par les macrophages dans les cellules du foie et de la rate. Ce processus se manifeste cliniquement par la formation d'un syndrome hépatolien (augmentation du foie et de la rate).

Formes de la maladie

Selon leur capacité à provoquer l’agglutination (collage) des globules rouges, les adénovirus sont divisés en 4 sous-groupes (I à IV).

Les épidémies d’infections adénovirales sont le plus souvent causées par des virus de type 14 et 21. La conjonctivite hémorragique adénovirale est causée par un virus de type 3, 4 ou 7.

Selon la prévalence dans le tableau clinique de certains symptômes ou de leur combinaison, on distingue les formes suivantes d’infection adénovirale chez l’adulte et l’enfant:

  • infection virale des voies respiratoires aiguës (ARVI),
  • rhinopharyngite,
  • Rinofaringotonzillit,
  • rinofaringobronchite,
  • fièvre pharyngoconjonctivale,
  • la conjonctivite,
  • kératoconjonctivite,
  • pneumonie.

Diagnostics

L'infection à adénovirus nécessite un diagnostic différentiel avec une variété d'autres pathologies:

  • pneumonie,
  • tuberculose,
  • la diphtérie,
  • conjonctivite et kératite d’étiologie différente (non adénovirale),
  • infections respiratoires aiguës d'étiologie différente, y compris la grippe.

Les principaux critères de diagnostic de l'infection à adénovirus sont:

  • intoxication modérée,
  • signes d'endommagement des voies respiratoires,
  • la conjonctivite,
  • adénopathie (régionale ou commune)
  • éruption cutanée
  • syndrome hépatolien
  • dysfonctionnement du système digestif.

L'adénovirus de type 3 est l'agent responsable de la fièvre pharyngoconjonctivale (conjonctivite adénovirale) chez les adultes et les enfants du groupe de personnes plus âgées.

En général, un test sanguin d'infection à adénovirus ne montre aucun changement significatif, à l'exception d'une légère augmentation de la RSE.

Les études virologiques sur la décharge du nasopharynx et des yeux, permettant d’obtenir une culture virale en pratique clinique, n’ont pas été utilisées en raison de la complexité et du coût élevés, ainsi que de la durée de l’étude.

Pour le diagnostic rétrospectif de l’infection à adénovirus, on établit un pH et des CSC spécifiques à un type et à un groupe - des réactions avec des sérums appariés obtenus le premier jour de la maladie et pendant la subsidence des manifestations cliniques. L'augmentation du titre en anticorps sériques au moins quatre fois confirme la présence d'une infection adénovirale.

Pour un diagnostic indicatif de l'infection adénovirale peut être utilisé par la méthode de la microscopie électronique immunitaire et RIF.

Traitement de l'infection à adénovirus

Pour les maladies non compliquées causées par une infection à adénovirus, on prescrit au patient de rester au lit et de boire beaucoup d'eau. Lorsque des signes de conjonctivite apparaissent, l’instillation de gouttes oculaires à effet antiviral est indiquée. Pour normaliser la température corporelle, soulager les maux de tête et les douleurs musculaires, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits. Dans certains cas, l'utilisation de préparations vitaminées et d'antihistaminiques est justifiée.

En cas d'adénovirus compliqué et d'admission d'une infection bactérienne secondaire, un traitement de désintoxication (administration par voie intraveineuse de solutions salines et de glucose, acide ascorbique) est prescrit et des antibiotiques à large spectre sont prescrits. En cas d'infection adénovirale grave, le traitement est effectué à l'hôpital.

À des fins prophylactiques, les antibiotiques pour l’infection à adénovirus ne sont utilisés que chez les patients âgés souffrant de maladies broncho-pulmonaires chroniques, ainsi que chez les patients présentant des manifestations d’immunosuppression.

Conséquences possibles et complications

Les complications les plus typiques de l'infection à adénovirus sont:

  • sinusite
  • l'otite,
  • obstruction de la trompe d'Eustache, qui se forme à la suite d'une augmentation prolongée du pharynx du tissu lymphoïde,
  • faux croup (laryngospasme),
  • pneumonie bactérienne,
  • pyélonéphrite.

La prévision est généralement favorable. Dans la plupart des cas, la maladie se termine avec un rétablissement complet dans les 7 à 10 jours.

Prévention

Dans certains pays, afin de prévenir l’infection à adénovirus chez les adultes, le vaccin est administré avec un vaccin vivant à partir de virus atténués. Mais dans la plupart des pays, y compris la Russie, la vaccination n’est pas réalisée, car il existe un avis sur la capacité des adénovirus à induire des cellules malignes dans le corps humain. Pour la prévention des infections adénovirales, il est important de respecter les règles sanitaires et hygiéniques, de contrôler la régularité et l'exactitude de la chloration de l'eau dans les piscines.

Il a été démontré que les enfants des premières années de vie et ceux présentant un risque d'infection par un adénovirus (contact avec une personne malade) introduisaient de l'interféron leucocytaire et une immunoglobuline spécifique.

Informations générales

L'infection à adénovirus est une maladie du groupe des infections virales respiratoires aiguës causées par un adénovirus et caractérisée par le développement d'une rhinopharyngite, d'une laryngotrachéobronchite, d'une conjonctivite, d'une adénopathie, d'un syndrome dyspeptique. Dans la structure générale des maladies respiratoires aiguës, l'infection adénovirale représente environ 20%. La plus grande susceptibilité aux adénovirus est démontrée chez les enfants de 6 mois à 3 ans. On pense qu'en âge préscolaire, presque tous les enfants souffrent d'un ou plusieurs épisodes d'infection adénovirale. Des cas sporadiques d’infection à adénovirus sont enregistrés toute l’année; pendant la saison froide, l’incidence est caractérisée par des épidémies. Les maladies infectieuses, la pédiatrie, l'oto-rhino-laryngologie et l'ophtalmologie font l'objet d'une attention particulière.

Causes de l'infection à adénovirus

Actuellement, plus de 30 sérovars de la famille des Adenoviridae sont connus. La cause la plus fréquente d'épidémies d'infection à adénovirus chez les adultes est 3, 4, 7, 14 et 21 sérotypes. Les sérotypes des types 1, 2, 5 et 6 affectent généralement les enfants d’âge préscolaire. Les agents responsables de la fièvre pharyngoconjonctivale et de la conjonctivite adénovirale sont dans la plupart des cas les sérotypes 3, 4, 7.

Les virions de l'agent pathogène contiennent de l'ADN double brin, un diamètre de 70 à 90 nm et trois antigènes (un antigène A spécifique à un groupe, qui détermine les propriétés toxiques de l'antigène B de l'adénovirus et de l'antigène C spécifique du type). Les adénovirus sont relativement stables dans l'environnement: dans des conditions normales, ils persistent pendant 2 semaines, tolèrent les basses températures et sèchent bien. Cependant, l'agent responsable de l'infection à adénovirus est inactivé lorsqu'il est exposé aux rayons ultraviolets et aux désinfectants contenant du chlore.

Les adénovirus sont transmis par des personnes malades qui sécrètent l'agent pathogène avec du mucus et des matières fécales nasopharyngés. À partir de là, il existe 2 principaux modes d’infection - au début de la maladie - aéroportée, à la fin - fécalo-orale - dans ce cas, la maladie évolue en fonction du type d’infections intestinales. Une infection des voies navigables est possible. L'infection à adénovirus est souvent appelée «maladie de la piscine». La source de l’infection adénovirale peut également être une source de virus, une forme asymptomatique ou une forme effacée de la maladie. L'immunité après l'infection étant spécifique à un type, des maladies répétées causées par un autre sérotype du virus sont possibles. Se produit une infection nosocomiale, y compris pendant les procédures thérapeutiques parentérales.

L'adénovirus peut pénétrer dans le corps par les muqueuses des voies respiratoires supérieures, les intestins ou la conjonctive. Le virus se reproduit dans les cellules épithéliales, les ganglions lymphatiques régionaux et les formations lymphoïdes intestinales, ce qui coïncide avec la période d'incubation de l'infection à adénovirus. Après la mort des cellules touchées, des particules virales sont libérées et pénètrent dans le sang, provoquant une virémie. Des changements se développent dans la coquille du nez, les amygdales, la paroi postérieure du pharynx, la conjonctive, l'inflammation est accompagnée d'un composant exsudatif prononcé, qui provoque l'apparition d'un écoulement séreux de la cavité nasale et de la conjonctive. La virémie peut entraîner une implication dans le processus pathologique des bronches, du tube digestif, des reins, du foie et de la rate.

Symptômes d'infection

Les principaux syndromes cliniques pouvant prendre la forme d’une infection adénovirale sont les suivants: catarrhe des voies respiratoires (rhinopharyngite, amygdalofinging, laryngotrachéobronchite), fièvre pharyngoconjonctivale, conjonctivite aiguë et kératoconjonctivite, syndrome diarrhéique. Le déroulement de l'infection à adénovirus peut être léger, modéré et grave, sans complications et compliqué.

La période d'incubation pour une infection à adénovirus dure de 2 à 12 jours (généralement de 5 à 7 jours), suivie d'une période manifeste avec une apparence cohérente de symptômes. Les premiers signes sont une élévation de la température corporelle à 38-39 ° C et des symptômes d'intoxication modérément prononcés (léthargie, perte d'appétit, douleurs musculaires et articulaires). Simultanément à la fièvre, des modifications catarrhales se produisent dans les voies respiratoires supérieures. Des sécrétions nasales séreuses apparaissent, qui deviennent alors mucopurulentes, la respiration nasale devient difficile. Il existe une hyperémie modérée et un œdème de la membrane muqueuse de la paroi postérieure du pharynx, une plaque en pointe blanchâtre sur les amygdales. Dans l'infection adénovirale, une réaction des ganglions lymphatiques sous-maxillaires et cervicaux se produit. Dans le cas du développement de la laryngotrachéobronchite, apparaissent un enrouement, une toux sèche, un essoufflement, le développement d'un laryngospasme.

Les lésions conjonctivales dans l'infection à adénovirus peuvent survenir selon le type de conjonctivite catarrhale, folliculaire ou membraneuse. Habituellement, les yeux sont impliqués alternativement dans le processus pathologique. Douleurs incommodantes, brûlures, larmoiements, sensation de la présence d’un corps étranger dans les yeux. À l'examen, on détecte une rougeur et un gonflement modérés de la peau de la paupière, une hyperhémie et une granularité de la conjonctive, une injection de la sclérotique et parfois la présence d'un film blanc grisâtre dense sur la conjonctive. Au cours de la deuxième semaine de la maladie, des signes de kératite peuvent accompagner la conjonctivite.

Si une infection adénovirale se produit dans la forme intestinale, une douleur paroxystique apparaît dans la région para-ombilicale et iliaque droite, fièvre, diarrhée, vomissements, lymphadénite mésentérique. En cas de douleur intense, la clinique ressemble à une appendicite aiguë.

La fièvre associée à l'infection à adénovirus dure une à deux semaines et peut être ondulante. Les signes de rhinite et de conjonctivite disparaissent après 7-14 jours, catarrhe des voies respiratoires supérieures - après 14-21 jours. En cas de maladie grave, les organes parenchymateux sont touchés et une méningo-encéphalite peut survenir. Les enfants de la première année de vie développent souvent une pneumonie à adénovirus et une insuffisance respiratoire sévère. Une infection compliquée à adénovirus est généralement associée à une superposition d'infection secondaire. Les complications les plus courantes de la maladie sont la sinusite, l'otite moyenne, la pneumonie bactérienne.

Pronostic et prévention

Les formes simples d’infection à adénovirus se terminent favorablement. Des décès peuvent être observés chez les jeunes enfants en raison de la survenue de complications bactériennes graves. La prévention est similaire à la prévention des autres SRAS. Pendant les périodes d'épidémie, l'isolement des patients, la désinfection en cours, la ventilation et l'irradiation ultraviolette des locaux, la nomination d'interféron aux personnes présentant un risque d'infection est indiquée. La vaccination spécifique contre l'infection à adénovirus n'a pas encore été développée.

Étiologie et pathogenèse

L'agent causal de la maladie est l'adénovirus, qui a été isolé pour la première fois des adénoïdes et des amygdales d'enfants malades. Il consiste en un ADN recouvert de capside, grâce à quoi le virus conserve ses propriétés pathogènes et résiste au froid, au séchage, à l'exposition aux alcalis et à l'éther.

Le réservoir d'infection - le patient ou le porteur du virus.

Les mécanismes de transmission de l'agent pathogène sont:

  1. Aérosol ou gouttelette, qui est mis en œuvre par des gouttelettes aéroportées,
  2. Fécal-oral, vendu alimentaire, eau et contact domestique.

Les virus parasitent les cellules épithéliales des voies respiratoires et de l'intestin grêle. Les capillaires de la muqueuse sont dilatés, la couche sous-muqueuse est hypertrophiée, elle est infiltrée de leucocytes, des hémorragies ponctuelles apparaissent. Cliniquement, ces processus manifestent une inflammation du pharynx, des amygdales, de la conjonctive et des intestins.

Les virus avec la lymphe actuelle pénètrent dans les ganglions lymphatiques, s'y accumulent, ce qui conduit au développement d'une lymphadénopathie périphérique et d'une mésadénite. L'activité de l'immunité aux macrophages est supprimée, l'endothélium vasculaire est affecté et la virémie se développe.

Pathogènes par voie hématogène dans divers organes. Les virus sont souvent fixés dans le foie et la rate avec le développement d'une hépatosplénomégalie.

Classification

Il existe plusieurs classifications de la maladie en groupes:

  • Par gravité - légère, modérée et lourde,
  • Avec le flux - lisse, compliqué
  • Par type - typique et atypique,
  • Selon la gravité des symptômes cliniques - avec une prédominance de symptômes d'intoxication ou avec une prédominance de changements locaux.

Clinique de la maladie chez l'adulte

La période d'incubation dure 2 semaines et se caractérise par la pénétration d'adénovirus dans les cellules et leur mort ultérieure.

Le prodrome est le stade de précurseurs de la maladie, qui s’observe des premières manifestations à un tableau clinique détaillé. Il dure 10-15 jours et se manifeste par une faiblesse, une fatigue, une faiblesse.

La maladie se caractérise par des lésions des organes et des systèmes dans un ordre strict: du nez et de la cornée aux intestins.

Chez l'adulte, l'infection à adénovirus se manifeste par les symptômes suivants:

  1. Symptômes d'intoxication - fièvre, maux de tête, muscles, douleurs articulaires.
  2. Violation de la respiration nasale et abondantes sécrétions muqueuses,
  3. Inflammation des amygdales: elles sont œdémateuses, friables, rouges avec une floraison en pointillé blanchâtre,
  4. Lymphadénite.

Lymphadénite et inflammation des amygdales - signes d'infection à adénovirus

L'infection diminue et affecte la gorge, la trachée et les bronches. Une laryngite, une pharyngite ou une trachéite se développe avec une bronchite supplémentaire. Les symptômes de pathologies sont:

  • Enrouement
  • Toux sèche et douloureuse qui devient progressivement humide,
  • Maux de gorge
  • Essoufflement.

Kératoconjonctivite - inflammation de la conjonctive et de la cornée, se manifestant par la sensation de sable dans les yeux, leur rougeur, les injections de sclérotique, la douleur, la formation de croûtes sur les cils et de films sur la membrane conjonctivale. Des taches blanchâtres apparaissent sur la cornée, qui se confondent, ce qui conduit à une opacification de la cornée.

Avec le développement simultané de la conjonctivite et de la pharyngite, une fièvre pharyngoconjonctivale se produit.

Lésions intestinales accompagnées de mésadénite - inflammation des ganglions lymphatiques du mésentère, accompagnée de douleurs abdominales paroxystiques, d'intoxication et d'un dysfonctionnement intestinal. La clinique est caractéristique de la lymphadénite mésentérique «abdomen aigu.

Les complications de la maladie chez l’adulte sont les pathologies suivantes: sinusite frontale, sinusite, eustachite, otite moyenne purulente, pneumonie bactérienne secondaire, obstruction bronchique, maladie rénale.

Clinique de la maladie chez les enfants

L'infection à adénovirus chez les enfants se manifeste par les symptômes suivants:

  1. Syndrome d'intoxication. L'enfant est souvent méchant, devient agité, ne dort pas bien, crache souvent, son appétit s'aggrave, des coliques intestinales et des diarrhées surviennent.
  2. La respiration du nez est difficile, pharyngite, trachéite, amygdalite se développe. Au début de la maladie, l'écoulement nasal est séreux, puis s'épaissit et devient mucopurulent.
  3. Symptômes de pharyngite - douleur et mal de gorge, toux.Les amygdales sont hypertrophiées et dépassent les arches palatines qui deviennent rouges et gonflent. Sur la paroi arrière hyperémique du pharynx, apparaissent des foyers de couleur rouge vif, recouverts de mucus ou de couches blanchâtres.
  4. La bronchite se développe avec l'ajout d'une infection bactérienne. Il se manifeste par une toux sèche et obsessionnelle qui inquiète beaucoup le bébé. Au bout d'un moment, la toux est humidifiée et des expectorations apparaissent.
  5. La conjonctivite - un symptôme fréquent d'une maladie apparaissant au 5ème jour d'indisposition. Les enfants s'inquiètent de la douleur et des brûlures aux yeux, de la douleur, des larmoiements, du sentiment d'interférences et des démangeaisons. La membrane muqueuse de l'œil devient rouge et enflée, les cils se collent, des croûtes apparaissent, représentant l'écoulement desséché d'une conjonctive enflammée.
  6. Peut-être le développement de la gastro-entérite, ainsi que la propagation de l’infection dans les voies urinaires, qui se manifeste par une sensation de brûlure pendant la miction et l’apparition de sang dans les urines.

Un enfant malade a une apparence typique: visage pâteux, paupières gonflées et hyperémiques, œil rétréci. À la palpation, on trouve des ganglions lymphatiques mobiles et élargis. Pour les jeunes enfants, une violation de la chaise est caractéristique - la diarrhée.

Chez les nourrissons, la maladie se développe extrêmement rarement, en raison de la présence d'une immunité passive. Si l'infection persiste, la maladie est grave, en particulier chez les enfants présentant une pathologie périnatale. Chez les patients après l’ajout d’une infection bactérienne, des signes d’insuffisance respiratoire apparaissent. Cela peut être fatal.

Par gravité, il existe trois formes d’infection à adénovirus:

  • Facile - avec une température inférieure à 38,5 ° C et une intoxication.
  • Modéré - avec une température allant jusqu'à 40 ° C sans intoxication.
  • Sévère - avec l'apparition de complications: inflammation des bronches ou des poumons, kératoconjonctivite.

Complications de la pathologie chez les enfants - inflammation de l'oreille moyenne, du croup, de la bronchite, de la pneumonie, de l'encéphalite, du dysfonctionnement du système cardiovasculaire, d'une éruption cutanée maculo-papuleuse.

Caractéristiques du traitement de l'infection adénovirale chez les enfants

  • On montre aux enfants malades le repos au lit, une boisson chaude abondante et une nutrition douce.
  • Si la température d'un enfant est supérieure à 38,5 ° C, il convient d'utiliser des médicaments antipyrétiques en fonction de l'âge - «Nurofen», «Panadol». Eh bien réduire la température dans le vinaigre des enfants essuyant le corps.
  • Le traitement étiotropique consiste à utiliser "Interféron", "Viferon".
  • Le lait chaud avec du soda aide à faire face à une toux sèche. Le même effet a chauffé l'eau minérale alcaline. La lutte contre la toux grasse est réalisée en utilisant des expectorants - Ambroxol, Bromhexin.

  • Le traitement de la conjonctivite chez l’enfant est dans le laver les yeux avec une solution faible de permanganate de potassium ou de thé faible, puis les mettre dans les yeux avec une solution de sulfacyl-sodium ou de lévimicitine.
  • Lorsque des symptômes de rhinite apparaissent, les patients sont ensevelis dans le nez avec Pinosol, Nazivin, Tizin après avoir nettoyé les muqueuses avec une solution saline ou des aigues-marines.
  • Thérapie réparatrice - multivitamines.

Loading...