Alcoolisme chez les adolescents - causes, effets sur le corps, caractéristiques, conséquences et prévention

Tous les contenus iLive sont examinés par des experts médicaux afin de garantir la plus grande exactitude possible et la cohérence des faits.

Nous avons des règles strictes pour choisir les sources d’information et nous ne faisons référence qu’aux sites réputés, aux instituts de recherche universitaires et, si possible, à des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les numéros entre parenthèses (,, etc.) sont des liens interactifs vers de telles études.

Si vous pensez que certains de nos documents sont inexacts, obsolètes ou douteux, sélectionnez-les et appuyez sur Ctrl + Entrée.

L’alcoolisme chez les adolescentes est un phénomène très désagréable et dangereux, mais, malheureusement, un phénomène réel. Et vous ne pouvez pas fermer les yeux sur lui. Selon les statistiques, plus de 75% des élèves de huitième année prennent l’alcool à un degré ou un autre ou l’ont essayé, et à la onzième année, cet indicateur passe à près de 100%. Chiffres effrayants. Quelles sont les causes de l'alcoolisme chez les adolescents et comment gérer la dépendance à l'alcool d'un enfant?

, , , , , ,

Combien d'étudiants adorent Bacchus?

Ces chiffres représentent des études menées par des sociologues de Moscou. Des enquêtes ont montré que 70% des élèves de sixième année avaient déjà consommé de l'alcool et en avaient même acheté seuls. Ce "panier de consommation" comprenait de la bière, du champagne, du vin et de la vodka. Jeu complet de monsieur. Chez les élèves de huitième année, le nombre d'adolescents ayant essayé l'alcool augmente à 75%, dont plus de 11% sont déjà à risque pour ceux qui développent une tendance à l'alcoolisme.

En 11e année, le nombre de ceux qui boivent de l'alcool de temps en temps est déjà presque 100%. En outre, 45% de ces garçons et filles consomment régulièrement de l'alcool une fois par mois, jusqu'à 21% des enfants boivent des boissons alcoolisées deux fois par mois et près de 30% des élèves de onzième année boivent de l'alcool au moins une fois par semaine. Les deux derniers chiffres sont plus que dangereux: boire plus de deux fois par semaine pendant l'adolescence est un risque d'alcoolisme.

Alcoolisme chez les adolescents: statistiques

Les chiffres de nombreuses études menées auprès d'écoliers à différentes années indiquent que l'alcoolisme chez les adolescents a tendance à augmenter plutôt qu'à diminuer. Donc, les faits importants sur l'alcoolisme chez les adolescents.

Dans plus de 60% des cas, ce sont les parents qui enseignent l'alcoolisme aux enfants. Cela se produit depuis l'âge de 10 ans.

Les garçons de jeunes adolescents (10-13 ans) commencent à boire de l'alcool 4 fois plus souvent que les filles. Les garçons s’engagent plus vite avec l’alcool que les filles. Le taux de participation des filles aux boissons alcoolisées est le plus fréquent à l’âge de 15 ans, et celui des garçons est beaucoup moins âgé, à partir de 13 ans.

Plus de 76% des écoliers qui consomment des boissons alcoolisées absorbent mal le matériel pédagogique, près du quart d’entre eux étudient en moyenne et à peine plus de 1% des enfants étudient au-dessus de la moyenne. Mais ces indicateurs d’une bonne étude parmi les adeptes de l’alcool diminuent avec l’âge et dépendent du degré d’enthousiasme pour l’alcool.

Environ la moitié des adolescents qui aiment consommer de l'alcool lisent très peu ou ne lisent pas du tout. Il ne s'agit pas de matériel éducatif, mais de fiction - au moins de quelques livres.

Les enfants qui boivent souvent de l'alcool viennent de familles où plus de 6% des parents boivent de l'alcool et où seul papa est toxicomane dans 60% des familles. Parmi les adolescents qui boivent de l'alcool, il n'y a pas une seule famille où les parents nient complètement l'alcool.

Parmi les adolescents qui boivent de l'alcool, plus de 50% des enfants ne reçoivent pas assez d'attention de leurs parents et sont livrés à eux-mêmes. Jusqu'à 52% de ces familles sont caractérisées par des tensions entre leurs parents, des querelles et des disputes constantes.

L’éducation des parents des adolescents qui boivent de l’alcool n’atteint pas un niveau supérieur à celui de la formation professionnelle.

Le pourcentage de familles monoparentales ou de mariages renouvelés chez les parents d'adolescents prédisposés à l'alcool atteint 50%. Les sociologues notent que dans les familles où les enfants sont élevés par un seul parent ou beau-parent, la tendance à l'alcoolisme chez les adolescents est observée trois fois plus souvent.

Très souvent, chez les enfants où le père est alcoolique, l'enfant devient également alcoolique. Ces enfants sont quatre fois plus nombreux que dans les familles où le père ne boit pas. Il est vrai que la situation est inverse: un enfant d’une famille qui boit n’accepte pas l’alcool toute sa vie. Mais de telles situations sont moins courantes.

, , ,

Pourquoi les adolescents prennent-ils de l'alcool?

Les raisons pour lesquelles les adolescents prennent de l'alcool, puis le font de plus en plus souvent, principalement psychologiques. Les enfants qui vont bien ont rarement une dépendance à l'alcool. Ils n'ont tout simplement pas le temps - ils sont occupés. De plus, les enfants qui réussissent assument de plus en plus de responsabilités et trouvent de nouveaux loisirs.

Les enfants qui ont une faible estime de soi ou qui échouent dans une famille monoparentale sont plus susceptibles d’être dépendants de l’alcool que les enfants de familles heureuses.

Les raisons pour le premier échantillon d'alcool sont sans prétention. À l'âge de l'école primaire (à partir de 10 ans), les enfants commencent par essayer de l'alcool lors des fêtes de famille. À un âge plus avancé, les écoliers essaient de l'alcool pour la première fois, principalement en compagnie de leurs pairs. Dans de rares cas, les adolescents boivent de l'alcool par eux-mêmes, "par intérêt". Il convient de noter que pour la première fois (et ensuite), les enfants ne boivent de l'alcool qu'en compagnie de quelqu'un. On n'est pas intéressé.

La publicité télévisée est une cause très importante et courante de l’alcoolisme chez les adolescents. «C’est à la mode, agréable et respectable à boire», déclare une publicité pour du cognac ou de la bière bon marché. Et les enfants achètent cette publicité parce qu'à l'adolescence, comme toujours, le besoin de reconnaître leur propre moi grandit - pour être à la mode et cool, pour ne pas être pire que les autres en raison de la consommation d'alcool avec des amis.

Une autre raison pour laquelle les adolescents boivent de l’alcool est qu’ils «boivent tout». Si vous buvez en famille, et c'est amusant. Si vous buvez en compagnie d'amis et que vous vous amusez aussi, je boirai.

Le faible prix de l’alcool, en particulier de la bière, avec laquelle l’addiction à l’alcool commence, est une autre cause de l’alcoolisme chez les adolescents. Les cocktails dans une boîte de nuit, qui sont un attribut indispensable des vacances dans un club, sont également attrayants pour les adolescents. En outre, dans de nombreux clubs, un adolescent n’a pas le droit de rester en discothèque s’il n’achète pas au moins un cocktail. Cela forme une habitude.

Même si le cocktail est à faible teneur en alcool, la dépendance à l'alcool aura également lieu. Un cocktail prestigieux - une combinaison de jus naturel avec de la vodka ou du gin naturels, ou du whisky dilué - ne contribue en rien à un style de vie sobre. Deux années de cocktails à faible teneur en alcool de ce type environ une fois par semaine ou deux - et l'adolescent ne peut plus se passer de ce dopage pendant cette période de dépendance à l'alcool.

Causes familiales de l'alcoolisme chez les adolescentes

Les causes héréditaires de l'alcoolisme chez les adolescents sont très courantes. Un enfant dont les parents ont bu avant sa naissance a trois fois plus de risques de devenir alcoolique que les enfants de parents en bonne santé. La propension à l'alcoolisme peut être héritée.

Les raisons familiales qui incitent les adolescents à continuer de consommer de l’alcool peuvent être:

  • Mauvaise situation familiale (conflit entre père et mère)
  • Famille incomplète
  • Hyperopec des parents
  • Violence des parents les uns envers les autres et envers l'enfant
  • Démocratie excessive vis-à-vis de l'enfant, absence de contrôle de la part de maman et papa, permissivité
  • Implication d'enfants dans l'ivresse par leurs parents, qui ne fait pas l'objet de poursuites

, , , , , , ,

Faits importants sur les propriétés de l'alcool

La dose quotidienne d'alcool, qui ne menace pas la vie d'un adulte, va jusqu'à 60 grammes d'alcool pur, ce qui équivaut à 150 grammes de vodka à 45% de degré. Si vous buvez plus, cela crée une dépendance et, éventuellement, après 1,5 à 2 ans, des changements irréversibles dans le corps, une perturbation de la plupart de ses systèmes.

Quant aux adolescents, cette dose est mortelle pour eux et la toxicomanie survient beaucoup plus tôt que chez les adultes - en quelques mois seulement.

Un mauvais signe est quand un adolescent aime boire de l'alcool. Même s'il s'agit de bière. Des études montrent que la dépendance à l’alcool de la bière chez les adolescents se développe beaucoup plus rapidement que celle des boissons fortes. En outre, la bière crée beaucoup plus de dépendance chez les filles que chez les garçons et cette dépendance se développe beaucoup plus rapidement.

Comment la vie d'un adolescent change-t-elle après s'être habituée à l'alcool?

En prenant de l'alcool, les adolescents risquent, tout d'abord, l'inhibition des fonctions de reproduction. Dans le contexte de l’alcoolisme, l’impuissance se développe souvent chez les hommes jeunes et la qualité du sperme diminue - il devient beaucoup moins actif. Mais chez les hommes, la fonction de reproduction peut être rétablie six mois après la cessation de la consommation d'alcool, et chez les filles, le système de reproduction détruit n'est pas rétabli. Cela menace souvent la stérilité et l'attraction altérée.

Lorsqu'un adolescent boit souvent de l'alcool, il commence à prendre sa dose pour acquis. Pour s'habituer à un adolescent, il suffit de boire de la bière au moins une ou deux fois par semaine. Une telle fréquence, si un adolescent ne cesse pas de boire dans les deux à trois mois, les experts en traitement de la toxicomanie sont qualifiés d'abus systématique d'alcool.

Les parents doivent savoir que les adolescents qui consomment de l'alcool pendant plus de deux ou trois mois s'y habituent beaucoup plus rapidement que les adultes. Même une petite dose, aux yeux des parents, peut entraîner une dépendance: jusqu'à 100 grammes de vodka. Plus l'enfant qui a essayé l'alcool est jeune, plus il s'y habitue rapidement. Dans le même temps, la résistance de l’adolescent à l’intoxication augmente, il se vante de ce que «l’alcool ne le prend pas du tout et il peut boire autant qu’il veut». En attendant, c'est loin d'être le cas. Que l'adolescent commence ou non le processus d'intoxication, l'alcool fait toujours son sale boulot, détruisant le corps progressivement, de manière imperceptible.

La dépendance à l'alcool chez les adolescents est divisée en catégories (elles sont distinguées par les narcologues)

  1. Boire de l'alcool à titre expérimental (parfois, un adolescent tente de boire de l'alcool sans intérêt)
  2. Boire de l'alcool à l'occasion (un adolescent se livre parfois à l'alcool)
  3. Consommation systématique d'alcool (au moins une fois par semaine pendant 2-3 mois)

Si un adolescent est habitué à l'alcool, son psychisme est déprimé - la joie après la prise d'alcool est remplacée par des états dépressifs. Les enfants, qui prennent parfois ou constamment de l'alcool, ne sont plus aussi socialement actifs que leurs camarades non-buveurs, ils sont plus vulnérables et moins actifs qu'auparavant. La gentillesse alterne avec l'agressivité et la grossièreté accrues, en particulier vis-à-vis des parents, des membres de la famille. Un adolescent peut devenir retiré, aigri, grossier. Il est inhérent à la dépendance à l'alcool d'être sentimental, de pleurer à la vue d'un chien estropié, mais en même temps, de battre impitoyablement son semblable.

Une autre caractéristique pour les adolescents sujets à l’alcoolisme est le plaisir et la tranquillité seulement parmi leurs semblables. Ces enfants peuvent de manière surprenante se rassembler en groupes et rendre visite à ces enfants alcooliques qui ont été hospitalisés pour un traitement obligatoire, le soutenir et à nouveau l'entraîner dans leur cercle. De plus, ces enfants, enfermés avec le reste, trouvent facilement une langue commune avec les adultes qui abusent de l'alcool. C'est-à-dire avec ceux qu'ils prennent pour eux-mêmes.

Comment traiter l'alcoolisme chez les enfants?

Si les parents ont manqué le moment et que l'enfant est devenu alcoolique, il devrait être traité longtemps et patiemment. Ce n'est pas facile, les parents peuvent avoir besoin de beaucoup de temps et d'efforts. Mais tout d’abord, vous devez diagnostiquer cette maladie et permettre à l’enfant de comprendre qu’il s’agit d’une maladie et non «d’une activité qu’il peut arrêter à tout moment».

L'alcoolisme des enfants est dangereux précisément parce que la dépendance se crée très rapidement. Par conséquent, dans le traitement de l'alcoolisme chez les adolescents, vous devez travailler dans deux directions: la psychologie et le traitement de la toxicomanie. Dans la lutte contre l’alcoolisme chez les adolescents, il est très important d’être traité à l’hôpital plutôt qu’à la maison car, à la maison, les parents ne pourront pas prendre en compte toutes les nuances et surveiller correctement l’adolescent. Des tisanes et des tisanes peuvent être utilisées, traitements moins sûrs que les pilules et les injections. Mais en même temps, les médecins tiennent compte du stade de développement de l’alcoolisme chez les adolescents: plus on crée une dépendance, plus on utilise des méthodes plus sérieuses pour sauver l’enfant des bras du serpent vert.

Après le traitement, vous devez attendre la période de rémission. A cette époque, l'enfant doit prendre quelque chose d'utile: un passe-temps favori, un sport que l'adolescent aime (sans forcer!), Des voyages avec les parents dans des lieux intéressants. Nous allons vaincre l’alcoolisme des adolescents, l’essentiel est de le diagnostiquer à temps et de ne pas abandonner.

Les statistiques

Des études statistiques sur la dépendance à l'alcool chez les adolescents indiquent qu'au fil du temps, le nombre d'enfants et d'adolescents qui boivent régulièrement de l'alcool a augmenté. Cela s'applique aux garçons et aux filles, dont le nombre était relativement petit jusqu'à récemment. Si nous considérons la maladie des enfants et des adolescents alcooliques sur une base géographique, l’image suivante se dégage:

  • Aux États-Unis, l’abus d’alcool chez les adolescents est beaucoup plus faible qu’en Europe. Environ 15% des adolescents américains boivent de l'alcool chaque jour.
  • En Europe, la dépendance à l'alcool a été enregistrée chez 40% des garçons et environ 30% des filles.
  • En Russie, le taux d'alcoolisme chez les adolescents est en tête du classement des pays à forte couverture en matière de consommation d'alcool chez les adolescents. Ainsi, 77% des enfants russes souffrent d'alcoolisme à un stade ou à un autre, et dans 90% des cas, la dépendance à l'égard des enfants est le résultat de la consommation d'alcool dans les familles où les adolescents sont élevés.

Pourquoi les enfants boivent

Les causes de l'alcoolisme chez les enfants sont de nature psychologique. Tout d'abord, il convient de noter que les enfants de familles heureuses ne sont pas exposés à l'alcool, ils sont toujours occupés: études, sports, jeux intellectuels, lecture, travail utile sur Internet, les nouveaux loisirs ne laissent pas le temps à un passe-temps douteux.

En règle générale, cette catégorie d’enfants dispose d’informations complètes sur les conséquences du tabagisme, de la consommation d’alcool et, en particulier, chez les jeunes. Les enfants issus de familles peu fiables et ayant une faible estime de soi tombent souvent dans le piège de l’alcoolisme, en particulier si les boissons alcoolisées sont les bienvenues dans la famille.

Signes de dépendance à l'alcool

Le principal signe de dépendance à l'alcool chez un adolescent est la résistance à des doses croissantes d'alcool. Vient ensuite une longue intoxication caractérisée par la dépression et des défaillances de la mémoire. Le lendemain apporte des sautes d'humeur, de l'agressivité, de l'apathie.

Un autre symptôme important de la consommation d'alcool chez les adolescents est un besoin accru d'alcool. Avec le développement de la dépendance à l'alcool, l'enfant abandonne ses études. Il y a des problèmes associés à la collecte de fonds pour un verre. Vous devez voler et commettre d'autres formes de criminalité. Lors des premières manifestations de ces signes, les parents devraient immédiatement demander l'aide d'un narcologue.

Les parents peuvent déterminer que leur fils ou leur fille a des problèmes, en fonction des critères suivants:

  • L'apparition de notes insatisfaisantes à l'école.
  • Cours déraisonnables à sauter.
  • Un nouveau cercle de communication.
  • Un obstacle au désir des parents de rencontrer des amis.
  • Indifférence à leur apparence, hygiène personnelle.
  • L'apparence d'une agression sans cause.
  • Furtif.
  • Hooliganisme

Un adolescent ivre se trahit:

  • Odeur d'alcool.
  • Fumée
  • Mal de tête.
  • L'apparition de rougeurs sur le cou et le visage.
  • Discours brouillé.
  • Perdre du poids
  • Violation de la coordination du mouvement.

Comment ça se passe

L'alcoolisme chez les adolescents se développe progressivement et traverse plusieurs étapes de la formation d'une dépendance persistante à l'alcool. Les statistiques médicales affirment que la première connaissance avec des boissons alcoolisées a lieu à l'âge de l'école primaire lors des fêtes de famille.

Les adolescents plus âgés tentent l'alcool avec leurs pairs. Très rarement, un enfant découvre lui-même l’alcool en essayant de savoir ce qui se passera. Un service de télévision, qui positionne une personne qui boit de l'alcool comme une réussite, et comme un attribut de la communication, de la relaxation, rend un mauvais service.

Étapes de la formation de la maladie

Les principales étapes dans le développement de la dépendance à l'alcool en médecine sont considérées:

  • Le début de la dépendance à l'alcool. Ce processus dure environ 3 mois.
  • Utilisation systématique. Le début des changements dans le comportement de l'enfant. À ce stade, la maladie peut être arrêtée si vous arrêtez de boire de l'alcool.
  • Dépendance mentale. La période commence un an après le début de la consommation d'alcool. Un adolescent est souvent ivre, il ne peut plus vivre sans alcool, peu importe quel alcool prendre, où et quand.
  • Syndrome de sevrage. Les adolescents ne contrôlent plus la quantité d'alcool consommée, dont la tolérance augmente plusieurs fois. La transition de la maladie au stade chronique est observée.
  • Démence Les enfants ont une forte diminution de leurs capacités mentales.

Influence familiale

Les parents buveurs donnent naissance à des enfants ayant une propension accrue à la dépendance à l'alcool, qui est pondue chez le bébé pendant la période prénatale. Les raisons de boire de l'alcool sont les anniversaires, les vacances et l'arrivée des invités.

S'ils boivent à la maison et que tout le monde s'amuse, l'enfant ne le manquera pas sans conclure par lui-même que l'alcool est la norme. Une compagnie d'amis qui boit forme une conviction: tout le monde boit et je ne suis pas pire. Plus tard, lorsque les parents sonneront l’alarme, ils entendront des excuses: «ils ont tout bu», «je ne veux pas être un mouton noir», «je l’ai bu pour avoir du courage».

Rue et alcool

Il est très probable que l'enfant rencontre de l'alcool dans une entreprise de rue. Les caractéristiques d'âge d'un adolescent sont caractérisées par le conformisme, l'imitation de personnes importantes pour lui. Les personnalités importantes de l'entreprise sont probablement des buveurs. Habituellement, ils sont considérés comme cool et essaient de gagner la faveur des chefs de triage. Refuser de boire de l’alcool à l’appel du «cool» signifie paraître faible. Un tel passe-temps avec une canette de bière devient la norme, occupe tout le temps libre de l'enfant.

Pourquoi un adolescent a-t-il besoin d'alcool?

Dans la plupart des cas, ils répondent aux questions du questionnaire sur les raisons pour lesquelles vous buvez de l'alcool:

  • Essayer de s'en tenir à la tradition.
  • Je veux de nouvelles sensations.
  • Échapper à des complexes lors de la communication.
  • Trouver de la compréhension dans l'entreprise.

La plupart des enfants appellent les raisons de la consommation d'alcool:

  • Dernière cloche de l'école.
  • Admission dans un établissement d'enseignement.
  • L'appareil pour un travail à temps partiel.
  • Les anniversaires.

Étant de plus en plus attiré par le «degré inférieur au degré», vous voulez boire sans raison - une habitude se développe. Dans un état sobre, un adolescent s'ennuie, il n'est pas facile de trouver ce qu'il aime, le sport est bon, mais pour cela, il doit déployer des efforts considérables et être en bonne santé. Les parents n'enseignaient pas les livres à lire. Le moyen le plus simple est de prendre une canette de bière pour aller en ligne et de trouver la confirmation que les personnes les plus cool boivent, le même sentiment est provoqué par les films.

Où acheter de l'alcool

Les boissons à faible teneur en alcool ne sont pas difficiles à acheter pour un adolescent; le prix bas contribue à une maladie massive de l'alcoolisme chez les enfants. Les cocktails proposés sont particulièrement dangereux car ils contiennent un faible pourcentage de rhum mélangé à des jus naturels: l’utilisation systématique de boissons au cours de l’année est très préjudiciable pour le corps de l’enfant et entraîne une véritable dépendance à l’alcool, avec toutes les conséquences qui en découlent.

Comment l’alcool détruit le corps d’un adolescent

Les boissons alcoolisées font mal à un corps faible. L'alcool éthylique entraîne un dysfonctionnement dans le développement du corps de l'adolescent. Comme il n'y a rien à manger chez les buveurs alcoolisés, il faut saisir des craquelins ou des chips, ce qui conduit au développement de pathologies du tractus gastro-intestinal. Le plus souvent, les adolescents boivent de la bière contenant du cobalt, qui provoque une inflammation de l'estomac et de l'œsophage.

Le cobalt a un effet particulièrement néfaste sur le muscle cardiaque, il est décrépit et ne peut pomper le sang normalement. En buvant de l'alcool, un adolescent risque de souffrir de dysfonctionnements dans le fonctionnement du cerveau et du système nerveux central, ce qui ralentit le développement de l'intelligence, de la mémoire, de la pensée, dont le développement est particulièrement efficace à l'adolescence.

Les rassemblements de bière conduisent l'adolescent à l'agression, à la perte de contrôle sur lui-même, il entre souvent en bagarre. Pour obtenir le degré d'intoxication souhaité, il faut utiliser de plus en plus une «boisson sans danger». La prochaine étape est la transition vers la vodka, dont l’achat nécessite des montants plus importants. La recherche d'argent pour la prochaine dose d'alcool mène à la commission de crimes.

Il ne fait aucun doute que l'alcoolisme chez les adolescents doit être traité et que seules les interdictions ne résolvent pas le problème. Le succès du traitement dépend avant tout de la démarche à suivre pour soigner un adolescent dans le besoin. Les parents qui souhaitent sauver l’enfant de sa dépendance à l’alcool doivent procéder comme suit:

  • Essayez de plonger profondément dans les problèmes de l'adolescent.
  • Empathie, compréhension, conseils pour faciliter le moral d'un adolescent.
  • Participer directement à la vie d’un enfant.
  • Convaincre discrètement un adolescent de la nécessité de demander l'aide de psychologues et de narcologues.

Est-il possible de traiter avec des médicaments

Les caractéristiques des médicaments utilisés pour traiter les alcooliques adultes ne conviennent pas aux enfants. Pour défaire le corps d’un enfant atteint d’une maladie dangereuse, on utilise des immunomodulateurs, des préparations de vitamines et des agents fortifiants. Le psychothérapeute est engagé dans ce processus, avec l'aide duquel les relations sont établies dans la famille, des relations de confiance sont établies entre l'enfant et les parents.

Friandises familiales

Il convient de rappeler que les parents devraient participer au traitement. Un des conseils les plus importants pour les mères et les pères: aider un adolescent à trouver un passe-temps, il n'aura alors pas le temps de se promener sans but dans les portes d'entrée. Si l'opinion des parents et de l'enfant concernant les loisirs ne coïncide pas, l'enfant ne doit en aucun cas être critiqué ou ridiculisé pour un choix dépourvu de sens.

Il est nécessaire de comprendre que la participation générale à tout événement lié au passe-temps d'un adolescent donnera une chance de se rapprocher de l'enfant, de le comprendre, de gagner la confiance. Les parents, en laissant à leur enfant un maximum de temps libre au travail, contribuent au développement de l’intelligence de l’adolescent, une excommunication du désir destructeur d’alcool. Les enfants enclins à la dépendance à l'alcool sont très facilement influencés par d'autres personnes. Cette fonctionnalité doit donc être utilisée pour de bon.

Les principaux facteurs pour un traitement réussi de l'alcoolisme chez les adolescents:

  • Diagnostic précoce chez un adolescent alcoolique.
  • Contacter les institutions médicales pour un traitement hospitalier.
  • La participation des membres de la famille au traitement de la dépendance à l'alcool.
  • Conversations confidentielles avec un enfant alcoolique après consultation d'un psychologue.
  • Introduction au sport.
  • Traitement selon les prescriptions de la médecine traditionnelle sous la surveillance d'un narcologue.
  • Repos complet de l'enfant.

La prévention

La prévention de la dépendance à l'alcool chez les adolescents vise à susciter chez les enfants et les adolescents une attitude négative à l'égard des boissons alcoolisées en tant que source de maladies et de causes d'infractions.

Pour développer un antidote pour la dépendance chez un enfant, il est recommandé de:

  • Exclure la consommation d’alcool par l’enfant à la table de fête. Il est important de se rappeler que même les plus petites doses d'alcool peuvent avoir un effet néfaste sur le corps de l'enfant et stimuler la formation d'une dépendance à l'alcool.
  • Vous ne pouvez pas souvent boire de l'alcool devant les enfants. Les rassemblements réguliers à la maison pour une bouteille d’alcool chez les enfants constituent la norme, car les parents sont la plus grande autorité pour l’enfant. Dès son enfance, un enfant devrait être habitué à un mode de vie sain.
  • Les conversations préventives avec un adolescent exigent que les parents soient largement informés sur les questions liées à la psychologie de l'alcoolisme chez les enfants.
  • Exercez un contrôle suffisant sur un fils ou une fille, y compris des informations sur les personnes à qui s'adresse l'adolescent, sur ce qu'il fait en dehors des heures de classe, où les soirées ont lieu.
  • Créer une atmosphère de confiance dans la famille, dans laquelle l'adolescent aimerait lui-même partager avec ses parents ce qui se passe dans sa vie.

Les parents devraient aider l'adolescent à organiser des activités de loisirs. Vous devez indiquer à l'adolescent dans quelle section sportive il vaut la peine de s'inscrire, quels livres lire, quelles informations recevoir via Internet. Les parents doivent se rappeler que la détection des tout premiers signes de dépendance à l'alcool doit conduire l'adolescent à un rendez-vous avec un narcologue qui, après un examen approprié, subira un traitement sérieux pour aider à éviter les effets néfastes de l'alcool.

Informations générales

L’alcoolisme chez les adolescentes est un problème grave dans la société moderne. Il n’existe pas de données précises sur la prévalence de la dépendance à l’alcool à l’adolescence. Toutefois, selon les statistiques, plus de 10% de toutes les hospitalisations d’adolescents dans des hôpitaux neuropsychiatriques sont liées au diagnostic de l’alcoolisme chez les adolescents. Selon les sondages, dans les années 90, l'âge moyen des jeunes hommes au moment de leur premier verre était de 16 à 18 ans. Après une décennie, cet âge est tombé à 10-12 ans. En même temps, si l’alcoolisme précoce des adolescents était plus souvent diagnostiqué chez les adolescents de sexe masculin, les différences entre les sexes ont pratiquement disparu depuis le début du XXIe siècle et non seulement les garçons mais aussi les filles ont commencé à consommer activement de l’alcool.

L’alcoolisme chez l’adulte survient après 5 à 10 ans ou plus de consommation régulière. Le développement de l'alcoolisme chez les adolescents ne nécessite que deux à trois ans de consommation régulière de boissons contenant de l'éthanol. Les caractéristiques distinctives de l'alcoolisme chez les adolescents sont plus prononcées et entraînent des changements plus brutaux de la part de tous les organes et systèmes. L’alcoolisme chez les adolescents entraîne une détérioration rapide de la santé physique ainsi que des troubles mentaux et intellectuels. Les patients révèlent souvent des modifications irréversibles de l'appareil reproducteur, entraînant la stérilité et la naissance d'enfants présentant des anomalies congénitales. Le traitement de l'alcoolisme chez les adolescents est effectué par des spécialistes du domaine de la narcologie.

Causes de l'alcoolisme chez les adolescentes

L'alcoolisme chez les adolescents se forme sous l'influence d'un certain nombre de facteurs biologiques et psychosociaux. Une prédisposition héréditaire est notée - chez les enfants d'alcooliques, la dépendance à des substances psychoactives (alcoolisme, toxicomanie, toxicomanie) apparaît 3 à 4 fois plus souvent que celle de pairs - enfants de parents non buveurs. En même temps, l'alcoolisme chez les adolescents est diagnostiqué beaucoup plus souvent chez les fils d'alcooliques que chez les filles. Les chercheurs suggèrent que cette caractéristique est le résultat d'une hérédité associée au sexe de l'enfant.

L'attirance accrue pour l'alcool et les autres substances psychoactives chez les adolescents se produit souvent après des lésions cérébrales traumatiques. La probabilité de développer de l'alcoolisme chez les adolescents augmente également avec les accentuations et les psychopathies héréditaires. Chaque accentuation révèle ses causes typiques de consommation d'alcool. Les adolescents du type épileptoïde prennent de l’alcool "pour se déconnecter", des enfants du type schizoïde, pour simplifier la communication avec leurs pairs et dissimuler les contradictions internes constantes. L’impulsion pour le développement de l’alcoolisme chez les adolescents chez les hystéroïdes et les hyperthymiques est le désir d’attirer l’attention et d’augmenter leur statut auprès des yeux du groupe. Les asthéniques utilisent l’alcool pour éviter les conflits, les adolescents déprimés un «remède» pour normaliser leur humeur.

Parmi les facteurs psychosociaux qui augmentent la probabilité de développer l'alcoolisme chez les adolescents, on peut citer la distorsion du système éducatif au sein de la famille parentale, l'influence de l'environnement immédiat, les attitudes sociales et les stéréotypes. Les distorsions dans le système d’éducation peuvent se présenter sous la forme d’une hyper-garde, d’un contrôle excessif, de demandes contradictoires ou exagérées, de normes doubles ou d’une attention insuffisante accordée aux besoins affectifs, intellectuels et physiques de l’enfant. Les patients atteints d'alcoolisme chez les adolescents ont souvent des épisodes de violence physique de la part de leurs parents lorsqu'ils étaient enfants.

Les défauts en éducation sont exacerbés par l'influence des pairs. L'adolescent ressent le besoin de "gagner" une place dans le groupe, pour améliorer son statut social. Lorsque vous entrez dans une entreprise asociale, cela se traduit par la consommation d'alcool, de drogues, de vols et d'autres actions similaires. L'instabilité de l'estime de soi, une sensibilité accrue au stress, à l'anxiété et à l'impulsivité ont un certain effet sur le développement de l'alcoolisme chez les adolescents. Les facteurs qui affectent directement le développement de l'alcoolisme chez les adolescents sont la nécessité pour les enfants de s'amuser, de réduire l'anxiété et la peur, de faciliter la communication avec leurs pairs, de vivre des sensations inhabituelles et de ne pas être un mouton noir.

Caractéristiques de l'alcoolisme chez les adolescents

Pour la première fois, les adolescents boivent généralement de l'alcool en compagnie de leurs pairs. Par la suite, l’accueil de l’alcool devient une sorte de besoin collectif. Bien que l'adolescent ne soit pas en sa compagnie, il n'y a aucune envie de boire. Dès qu'il entre dans l'environnement familier, les stéréotypes de comportement correspondants sont activés. Le développement de l'alcoolisme chez les adolescents contribue à l'émergence d'idées particulières sur le "bon passe-temps". Parallèlement aux conversations, aux disputes, aux promenades, à l’écoute de musique et aux boîtes de nuit, l’alcool commence à être perçu comme une partie intégrante de la communication normale. De nombreux experts considèrent cette étape comme une période de formation d'une dépendance mentale de groupe, précédant le développement de l'alcoolisme chez les adolescents.

Le stade de formation de la dépendance mentale personnelle est atténué et pratiquement non surveillé en raison de la prévalence d'une euphorie éclatante, de l'absence de contradictions internes et de la motivation positive sans ambiguïté de la consommation d'alcool. L’alcoolisme chez les adolescents est particulièrement rapide chez les patients atteints de psychopathie. Après quelques verres seulement, une pulsion compulsive se produit. Cependant, contrairement à une pulsion compulsive chez les adultes, elle apparaît également uniquement en contact avec le groupe. L'apparition d'une pulsion compulsive correspond au début de l'alcoolisation.La consommation occasionnelle d'alcool est rapidement remplacée par une consommation régulière d'alcool chez les adolescents et une dépendance physique se développe.

Chez les adolescents, plus vite que chez les adultes, une anosognosie (déni d'alcoolisme) se produit, la capacité de contrôler la quantité d'alcool consommée disparaît. Dans l'alcoolisme chez les adolescents, une vision du monde sur l'alcool se forme en peu de temps: «sans alcool, ce n'est pas la vie», «l'opportunité de boire est une preuve de bien-être», etc. Dès l'apparition de l'attraction compulsive, des troubles psychopathologiques apparaissent. Un patient souffrant d'alcoolisme chez les adolescents devient méchant et agressif ou volontaire, léthargique, non initié.

En outre, les accentuations et les traits de personnalité initialement existants se «mélangent» aux manifestations de l’alcoolisme chez les adolescents, formant ainsi un tableau complexe et spécifique, qui conduit parfois à une surestimation de la gravité de la dégradation mentale. Avec un changement des conditions de vie (cessation de contact avec le groupe, changement de décor, etc.) et une correction psychologique adéquate aux premiers stades de l’alcoolisme chez les adolescents, la plupart des troubles mentaux deviennent moins prononcés ou disparaissent.

Après la formation de la dépendance physique, les manifestations psychopathologiques deviennent plus persistantes. Les symptômes de sevrage se développent avec l'abstinence chez les patients présentant un alcoolisme chez les adolescents, ce qui diffère également d'un état similaire chez les alcooliques adultes. Chez l'adulte, les premiers signes de sevrage sont la dysphorie et les troubles mentaux, chez l'adolescent - les troubles végétatifs. Une bradycardie, une diminution de la pression artérielle, une pâleur de la peau et des muqueuses et un manque de transpiration sont détectés. Avec l'aggravation de l'alcoolisme chez les adolescentes pendant la période de sevrage, des changements mentaux se manifestent: dysphorie, réactions hystériques ou troubles dépressifs. Contrairement aux adultes, les adolescents n'ont pas de véritable frénésie. Les nausées et les vomissements persistent longtemps après la consommation d'une grande quantité d'alcool. Les psychoses alcooliques chez les adolescents alcooliques sont extrêmement rares.

Conséquences de l'alcoolisme chez les adolescentes

L'alcool nuit à l'intelligence, à la psyché et au corps d'un adolescent. L'éthanol perturbe la formation de nouvelles connexions neuronales, qui devraient normalement se former activement pendant l'enfance et l'adolescence. Avec l’alcoolisme chez les adolescents, la capacité d’apprentissage diminue, les processus d’assimilation de nouvelles informations et de traitement des données précédemment obtenues se détériorent. Chez les patients souffrant d'alcoolisme chez les adolescents, il existe une idée correspondante des normes sociales, une attitude se crée qui permet de boire de manière excessive, de se comporter de manière asociale, etc.

Les patients alcooliques chez les adolescents se retrouvent dans un environnement social défavorable. Certains adolescents refusent de poursuivre leurs études et choisissent une main-d'œuvre non qualifiée peu rémunérée, d'autres commencent à voler et se retrouvent dans des prisons pour mineurs. Même avec le traitement précoce de l'alcoolisme chez les adolescents, cette situation affecte souvent toute leur vie ultérieure. Les patients qui deviennent membres d’entreprises antisociales et de gangs criminels reprennent souvent l’alcool après le traitement et entrent de nouveau en contact avec leur environnement habituel.

Avec l'alcoolisme chez les adolescents, tous les organes et systèmes souffrent. L'activité des organes internes est perturbée, le risque de développer des maladies du tractus gastro-intestinal, cardiovasculaire, respiratoire et urinaire augmente. Chez les adolescents dépendants, la pression artérielle augmente plus souvent, une tachycardie et une arythmie se développent, une gastrite, une hépatite, une pancréatite, une pyélonéphrite, une cystite et une urétrite. L'hypothermie en état d'ébriété et la diminution de l'immunité entraînent une augmentation des maladies infectieuses des poumons et des voies respiratoires supérieures. Les patients atteints d’alcoolisme chez les adolescents ont souvent une vie sexuelle riche, ce qui entraîne des grossesses non désirées, la propagation de la gonorrhée, de la syphilis et d’autres infections génitales.

Diagnostic et traitement de l'alcoolisme chez les adolescents

Le diagnostic est établi sur la base d'une anamnèse, d'entretiens avec le patient et ses parents. Dans les cas d’alcoolisme grave chez les adolescents, accompagné de troubles mentaux, intellectuels et somatiques graves, le diagnostic n’est généralement pas difficile. En l'absence de changements prononcés, un surdiagnostic de l'alcoolisme chez les adolescents est possible. Les experts estiment que le diagnostic est posé de manière erronée dans 30 à 50% des cas, car les narcologues adoptent des comportements mimiques caractéristiques des adolescents (ivresse délibérément démonstrative, intoxication profonde «comme chez les adultes», gueule de bois en l'absence de symptômes de sevrage) pour les symptômes de l'alcoolisme chez les adolescents.

Toutefois, un tel surdiagnostic ne peut être considéré comme déraisonnable ou préjudiciable, car l’alcoolisme se développe rapidement chez les adolescents. Un diagnostic précoce empêche toute alcoolisation ultérieure et protège les patients qui ont déjà commencé à boire régulièrement de l'alcool à développer une dépendance grave. Les patients sont isolés de la compagnie habituelle des compagnons buveurs. Les changements dans les conditions de vie et les habitudes quotidiennes, ainsi que les changements dans les activités habituelles contribuent à la destruction des attitudes pathologiques et des schémas de comportement caractéristiques de l'alcoolisme chez les adolescents.

Le traitement des stades sévères de l'alcoolisme chez les adolescents est souvent inefficace en raison d'une anosognosie persistante, du manque de critiques sur leur propre comportement et de leur besoin impérieux d'alcool pathologique. L'utilisation d'implants, de médicaments aversifs et d'autres techniques similaires n'apporte généralement pas le résultat souhaité. Le meilleur effet thérapeutique de l'alcoolisme chez les adolescents est observé lors d'une correction psychologique dans un centre de rééducation spécialisé et d'un isolement prolongé du cercle d'amis habituel. La psychothérapie est associée aux études, à l’ergothérapie et aux sports.

Qu'est-ce que l'alcoolisme chez les adolescentes?

Selon des sources médicales, une dépendance psychologique et physiologique grave à l'alcool se développe chez les jeunes qui boivent de l'alcool au moins une fois par semaine. Dans ce cas, peu importe le type de boisson: vin, cocktail ou bière. L'alcoolisme chez les adolescents se développe dans les plus brefs délais. Ainsi, si un enfant de 13 ans "se livre" systématiquement à l'alcool, à 15 ans, il créera une forte dépendance à l'égard de l'éthanol.

Il est important de comprendre que l’abus systématique d’alcool est une forme de toxicomanie et qu’il est nécessaire de le combattre par des mesures appropriées, tout d’abord de nature préventive. Dans les conditions modernes, lorsque le culte de la permissivité est répandu partout, les parents devraient tout mettre en œuvre pour protéger l'enfant des influences négatives du monde extérieur et élever leur enfant bien-aimé avec une personne volontaire à la volonté forte et autonome.

L'effet de l'alcool sur le corps d'un adolescent

La personnalité de l'enfant subit de nombreux changements. Si un adolescent commence à être impliqué dans l'alcool, à un certain stade de son développement psychologique ou social, un échec survient. Dans cette situation, l'enfant commence généralement à prendre progressivement du retard dans son développement, puis se dégrade complètement. Entre autres choses, l'alcool a un effet néfaste sur tous les systèmes du corps. Ainsi, l’usage régulier d’alcool a un effet destructeur sur les cellules nerveuses du cerveau.

Comment l'alcool affecte-t-il le psychisme d'un enfant?

La réception de boissons contenant de l'éthanol provoque une forte inhibition des capacités mentales. Pour cette raison, l'alcoolisation précoce entraîne un arrêt de la formation de normes éthiques et morales. En outre, l’alcool désactive les «centres de maîtrise de soi», ce qui entraîne la disparition de la capacité de l’adolescent de percevoir de manière adéquate les informations provenant de l’extérieur. La situation est encore compliquée par le fait que la conscience d’une personne en état d’ivresse se concentre exclusivement sur des aspects négatifs et ignore totalement toute tentative de l’interlocuteur de s’éloigner du conflit.

Changements de personnalité et d'apparence

L'alcoolisation précoce conduit au développement du conformisme et de la psychopathie chez l'adolescent. Les changements de personnalité intervenant dans le contexte de l'abus d'alcool sont des preuves incontestables du développement du syndrome psycho-organique d'un enfant ou d'un état d'impuissance mentale générale. Avec cette pathologie, les signes d'état apato-abulique ou affectivement instable peuvent prévaloir à un degré ou à un autre chez un adolescent. Le premier syndrome est caractérisé par un déclin intellectuel, l'isolement, tandis que le second - par de brusques changements d'humeur.

La dépendance à l'alcool laisse des traces non seulement sur la personnalité de l'enfant, mais aussi sur son apparence. En règle générale, les adolescents qui boivent sont maigres et pâles, leurs caractères sexuels secondaires masculins ou féminins sont peu développés. La consommation régulière d'éthanol dans le corps perturbe le fonctionnement normal du tractus gastro-intestinal, ce qui explique pourquoi l'enfant ne reçoit pas suffisamment de nutriments. En conséquence, ses cheveux, ses ongles deviennent fragiles et sa peau prend une teinte grisâtre.

Alcoolisme chez les adolescents

Seul l'alcool est consommé par des alcooliques finis, mais il est plus intéressant de le faire en équipe. Pour la première fois, les adolescents se familiarisent avec les boissons alcoolisées précisément dans l'entreprise, si auparavant leurs parents ne leur avaient pas apporté un verre de vin à la maison. Si les adultes se rassemblent et boivent à leur guise, alors les jeunes ont une attitude différente à l'égard de l'alcool, ils ne veulent pas avoir l'air d'un mouton noir, ils ne veulent pas se démarquer de la société, alors ils boivent tout, et c'est le problème de l'alcoolisme chez les adolescents.

Même dans les cas où après quelques gorgées, la nausée apparaît accompagnée de vomissements, l'adolescent n'arrête pas de boire mais, au contraire, boit davantage pour ne pas le considérer comme un faible et ne pas rire. C’est ainsi que l’alcoolisme se forme à l’adolescence, entraînant de nombreux problèmes de santé. Personne ne veut être à la traîne de l'entreprise. Les filles commencent à boire avec les garçons. Personne ne boit habituellement beaucoup, car presque tout le monde a des moyens limités, alors boire est spontané et occasionnel.

Après avoir bu de l'alcool, des comportements insolents, une émancipation sexuelle apparaissent, le viol et d'autres crimes graves se produisent de ce fait. L'alcoolisme chez les adolescents n'est pas tant causé par ce qu'ils veulent boire, mais par le fait qu'ils ont peur d'être en dehors de l'entreprise, c'est-à-dire leur groupe de référence. C'est pour cette raison que l'alcoolisme chez les adolescents en tant que problème social nous fait penser à sa prévention.

Causes de l'alcoolisme chez les adolescentes

Un adolescent boit le plus souvent de l'alcool en raison de circonstances extérieures. Il tente donc d'interagir différemment avec le monde qui l'entoure. La dépendance à l'éthanol se forme très rapidement, la tolérance augmente et le besoin de consommation apparaît. Quelques mois seulement après le début de la consommation régulière d'alcool jusqu'à une forte dépendance. Les principales causes de l'alcoolisme chez les adolescents:

  • Environnement extérieur défavorable, parents alcooliques, parents, amis,
  • Problèmes à l’école, dans la famille, dans la société, tente de s’échapper, "oublie",
  • Argent de poche incontrôlé en grand nombre,
  • Caractère faible lorsqu'un adolescent boit pour être «comme tout le monde»,
  • Manque d’attention et de compréhension mutuelle au sein de la famille, temps libre qu’il n’ya nulle part où passer,
  • Le désir de ressembler à un adulte, de s'affirmer, de "peindre" devant des amis est "cool".

Hyper garde de la part de la mère, contrôle total constant de chaque pas, violence psychologique poussant souvent l'adolescent dans les bras du «serpent vert». Souvent, on lui présente le biberon à la maison, à la table familiale, et il comprend que la barrière psychologique se déplace facilement après un verre et commence déjà à boire avec ses pairs.

L'alcoolisme de la bière chez les adolescents et son danger

L'État n'exerce pas un contrôle adéquat sur la publicité pour la bière: les adolescents entendent constamment dans les vidéos à quel point il est cool de boire de la bière pour être amusante, enjouée et réussie. Ce modèle de comportement est figé, un jeune homme tient de plus en plus une canette dans sa main avec une boisson désirée. L’alcoolisme de la bière chez les adolescentes est aujourd’hui répandu non seulement en Russie, mais aussi dans le monde. Beaucoup de gens ont tendance à considérer la bière comme une boisson presque sans alcool, semblable à la compote, pour cette raison, ils ne comprennent pas le caractère insidieux de ses effets sur le corps.

Les lycéens boivent de la bière sans penser qu'il s'agit d'une boisson alcoolisée, telle qu'environ 25%. Le désir constant de boire de la bière n’est pas seulement une mauvaise habitude, c’est déjà de l’alcoolisme de la bière. Il est plus difficile de traiter la dépendance à la bière qu’à la boisson forte. Seul un cinquième des adolescents de moins de 18 ans n'a pas essayé l'alcool.

Les méfaits de l'alcoolisme chez les adolescents et ses conséquences

La dépendance à l'alcool chez les adolescents est un réel danger pour la société, car la consommation d'alcool chez eux prend une ampleur alarmante et la quantité d'alcool consommée augmente constamment. La prise d'éthanol, même à des doses modérées, cause régulièrement de graves dommages à l'organisme, qui n'est pas encore complètement formé ni mûri. Quel type de boisson contient de l'alcool, quelle est la force de ce liquide, cela n'a pas d'importance.

Les molécules d’alcool qui pénètrent dans le corps entrent d’abord dans le foie, où elles commencent à se décomposer. L’alcoolisme chez les adolescents nuit à la destruction de tous les organes et systèmes. Quand il entre dans le système circulatoire, l’alcool commence à y circuler jusqu’à ce qu’il soit complètement détruit. Dans sa forme pure, l'éthanol n'est pratiquement pas excrété par l'organisme, ce chiffre est d'environ 10%. La quantité restante décompose le foie, c’est-à-dire que le corps absorbe ce poison et ensuite les produits de sa décomposition.

Les tissus et les organes d'un adolescent sont au stade de la formation et de la croissance, ils ont une perméabilité accrue, raison pour laquelle ils sont plus rapidement et complètement saturés en alcool. Le poison pénètre rapidement dans les cellules, les empoisonnant, agissant de manière toxique et agressive, réduisant la capacité de travail du système nerveux de l'organisme en croissance. Si nous supposons que l’alcool dans le sang 1 (unité), dans le foie, le chiffre est de 1,45, et dans le cerveau - 1,75.

Quelle que soit la quantité d'alcool consommée chez les adolescents, la transmission de l'influx nerveux dans le cerveau est altérée: les vaisseaux sanguins se dilatent avec une perméabilité accrue, suivie d'une micro-hémorragie dans le tissu cérébral.

Les cellules du cerveau à un jeune âge ne sont pas riches en phosphore, qui joue le rôle d'élément protecteur. Les conséquences destructives sont dues au fait que les cellules ont une grande quantité d’eau, car leur croissance n’est pas encore terminée. Si l'usage de l'éthanol continue, tout l'organisme est détruit, la psyché déprimée, les formes de pensée supérieures se développent avec retard, les catégories esthétiques, morales et morales sont mal formées, l'adolescent se dégrade. Sur le fond de la "stupidité", l'intellect souffre, de tels enfants étudient mal, leur intérêt pour la réalisation de soi, le développement de soi est perdu.

Le foie souffre également, car il subit le premier coup avec de l'alcool, commence à le décomposer, produisant plus d'enzymes. Le taux de division ne coïncide pas toujours avec le taux de pénétration de l'éthanol. Dans ce cas, le poison s'accumule dans les produits de désintégration, les hépatocytes sont détruits, le foie n'est plus en mesure de neutraliser les toxines. Lorsque la nécrose des cellules du foie devient prononcée, une cirrhose se développe, qui accompagne presque toujours l'alcoolisme chez les adolescents. Ce processus est irréversible et conduit à la mort.

L'intoxication alcoolique ralentit le métabolisme des protéines et des glucides, inhibe la synthèse des enzymes et des vitamines. La membrane muqueuse de l'œsophage en souffre également, l'alcool corrode les parois de l'estomac et la composition chimique du suc gastrique change. Le processus de digestion en souffre également, l'absorption des substances bénéfiques est pire, tout cela aggrave le développement physique et mental des adolescents ayant une dépendance à l'alcool.

Traitement de l'alcoolisme chez les adolescentes, de la dépendance

Lorsque le comportement déviant du membre de la famille le plus jeune devient évident, il témoigne de l’alcoolisme déjà formé. Le problème existe déjà, et il nécessite une solution immédiate, car il ne devrait pas y avoir de retard, l'adolescent peut être perdu. Le traitement de l'alcoolisme chez les adolescents est un processus long et complexe qui doit être supervisé par un médecin et un psychologue. Ce dernier point est nécessaire car l'alcool détruit non seulement le corps d'un adolescent, mais aussi son psychisme, et bien plus qu'un comportement adulte et déviant en est la preuve. Dans ce cas, il est impossible de s'autométriser, cela ne fonctionnera pas avec qui et quand l'adolescent se rencontrera.

Un narcologue peut être invité à la maison, mais il est préférable d'effectuer le traitement à la clinique, car une désintoxication du corps est nécessaire, il est plus difficile de le réaliser dans un appartement. Après le nettoyage des organes internes, un traitement médicamenteux est effectué, des vitamines sont également prescrites. Cependant, il est impossible de guérir un adolescent en utilisant cette méthode, le codage du médicament est contre-indiqué pour lui, car il aura un effet néfaste sur les organes internes, un psychologue est connecté au travail. Son but est de former une aversion pour l'alcool, l'hypnose est utilisée pour cela.

Lorsque la dépendance physique est supprimée, l'état mental à l'aide de nootropiques est normalisé, il est nécessaire de suivre un cours de psychothérapie au cours duquel il est important pour l'adolescent de montrer qu'il existe un autre aspect de la vie, d'autres intérêts, par exemple, le sport. Lors des mesures de réadaptation, il est très important de ne pas laisser l’ancien cercle de copains buveurs entrer en contact avec la personne qui a subi un traitement. Si un adolescent commence à sortir avec de vieux amis, le problème reviendra. Besoin de l'aider à changer son cercle d'amis.